Gabon: L’Unesco fait du Parc National de l’Ivindo un patrimoine de l’humanité

C’est via une publication sur son compte twitter que l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture ( Unesco) a annoncé l’inscription du Parc national de l’Ivindo comme patrimoine de l’humanité. C’est la deuxième fois que les Nations Unies font d’un site du Gabon, un patrimoine mondial. Avant l’Ivindo, c’est le Parc de Loango, qui avait été inscrit comme patrimoine mondial de la nature. 

La 44e session élargie du Comité du patrimoine mondial organisée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture ( Unesco) organisée en Chine dans l’empire du milieu, a réservé bien des surprises à la Nation gabonaise. Cette réunion a en effet consacré la décision d’inscription au patrimoine mondial de l’humanité du Parc national de l’Ivindo situé dans la province de l’Ogooué-Ivindo, centre-est du Gabon. 

« Le Parc national de l’Ivindo vient d’être inscrit comme patrimoine mondial de l’Unesco », pouvait-on lire sur le compte twitter de cette organisation des Nations Unies créée en novembre 1945. Même son de cloche du côté Lee White, ministre gabonais des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’Affectation des Terres qui sur son compte twitter s’est également félicité de cette adoption de l’Unesco en faveur du Gabon. « Le Parc national de l’Ivindo désormais classé site de patrimoine mondial de la nature. Merci à tous les membres du comité pour leur soutien », a-t-il publié sur les réseaux sociaux. 

Portion de territoire dans laquelle la faune, la flore et le milieu naturel en général sont protégés des activités humaines, le Parc National de l’Ivindo est le second parc naturel classé comme patrimoine mondial par l’Unesco. C’est du moins ce que confirme une publication de l’Agence gabonaise de presse. « Il s’agit du deuxième site du Gabon à être inscrit sur la liste de l’UNESCO, après le parc de la Lopé. Le parc national de la Lopé est un site protégé, inscrit depuis 2007 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de “Écosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda”. Il est qualifié de mixte car il est remarquable pour sa forêt ainsi que ses vestiges de cultures passées », a-t-elle informée. 

Une décision salutaire pour le Gabon qui vient conforter et ajouter  du crédit à la politique environnementale mise en place par l’Etat gabonais, d’abord par feu Omar Bongo Ondimba du temps de sa présidence et pérennisée ensuite par l’actuel président de la République Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*