Gabon: Un repris de justice à l’assaut du fief de Mboumbou Miyakou

Noel Mboumba se lance à la conquête de la Nyanga avec un seul objectif, prendre la place d’Edgard Mboumbou Miyakou ©DR

Mardi 10 août 2021 (Dépêches 241). Jadis personnalité politique de premier plan, leader politique assumé de la province de l’Ogooué-Maritime du temps de son appartenance à la toute puissante mais éphémère association AJEV, Noel Mboumba ancien prisonnier de l’opération Scorpion veut se refaire une santé politique. Rejeté dans la cité pétrolière, désormais persona non grata, le « traître », s’est mis à l’idée de retrouver une certaine virginité politique dans une province qu’il ne considérait naguère, en jouant les illusionnistes pour Ali Bongo, et en marchant sur les plates bandes d’Edgard Anicet Mboumbou Miyakou dans la province de la Nyanga. 

Cadre politique du Parti démocratique gabonais (PDG) dans la province de l’Ogooué-Maritime mais beaucoup plus de l’Association des Jeunes Émergents Volontaires ( AJEV) de Brice Laccruche Alihanga dont il était l’un des lieutenants, Noel Mboumba, « renegat » à Port-Gentil,  a depuis largué les amarres du côté de la Nyanga, fief politique dont il est originaire mais pour lequel il n’a jamais milité. 

Objectif ? Essayer de convaincre le distingué camarade président que bien que voleur gracié, traître en sus, jeune felon confirmé, il peut encore être utile au parti. « Pour y arriver l’homme abat ses cartes en allant chercher les soutiens squelettiques ayant soutenus Jean Ping dans la localité pour les ramener au PDG », souligne l’hebdomadaire La Cigale Enchantée dans sa parution du mercredi 4 août n°0038.  

Dans sa mission de persuasion, l’homme dont la réputation de pleutre n’est pas du tout usurpée a décidé d’aller à l’assaut de la province des Miyakou, la famille régnante de la Nyanga, poussé dit-on par le tout puissant directeur de cabinet politique du Distingué camarade président du PDG. « Encouragé par Cyriaque Mvouradjami, l’homme aux multiples fonctions, le fils de la Nyanga sur le retour est promis à la place d’Anicet Mboumbou Miyakou, l’actuel ministre d’Etat à la communication », a-t-on pu lire dans la colonne de La Loupe numéro 514 dans sa parution du Mercredi 28 juillet 2021.   

Le repris de justice pour sa part, au-delà des gesticulations politiques dont il est l’auteur pour avoir rallié les fretins de l’opposition de la province de la Nyanga au PDG, se sent pousser des ailes. A telle enseigne qu’il s’étend dans la presse pour charger Anicet Mboumbou Miyakou qu’il accuse d’immobilisme et d’inertie. « Je suis natif de la Nyanga et, en tant que fils de cette province et responsable politique, je ne peux pas être indifférent à la situation politique de la Nyanga. Aujourd’hui, après les élections de 2016 et les Locales jumelées (aux Législatives) de 2018, il y a comme un désert politique dans la Nyanga. Ce qui explique d’ailleurs la victoire écrasante de l’opposition dans la province de la Nyanga », a-t-il déclaré en ligne à « Gabon Infos » (21/07/2021) selon nos confrères de La Loupe. 

On ne peut pas faire plus clair, « Juda Escariot » Mboumba se lance à visage découvert à la quête du fief politique de « l’enfant de l’autre». En a-t-il l’étoffe ou le poids ? Peut-il nonobstant son statut de traître faire sa mue dans une province qu’il prend en second couteau ou en roue de secours ? La couleuvre semble être trop grande pour passer. « Bénéficiaire d’une liberté provisoire depuis mars de l’année dernière, mais presque en résidence surveillée, interdit de sortie du Grand Libreville, Noël Mboumba, en utilisant la ruse, cherche à se sortir de cette mauvaise passe en escroquant politiquement Ali Bongo », croit savoir l’un des membres de l’opposition de la Nyanga toujours dans les colonnes de La Loupe.  

Mais cette « escroquerie politique » à peine voilée peut-elle prospérer ? Un homme déloyal, la traîtrise et la félonie en bandoulière ? Ali Bongo Ondimba est-il prêt à faire à nouveau confiance à cet homme qui jouit d’une telle réputation ? « Un Ali Bongo qu’il n’a pourtant pas hésité à trahir pour ne répondre qu’aux ordres de Brice Laccruche Alihanga. Le même BLA qu’il a contribué à enfoncer pour sortir de prison en prétendant avoir été manipulé », rappelle La Cigale Enchantée dans sa parution du mercredi 4 août n°0038. 

Entre déclarations enflammées, attaques personnelles, l’ancien ministre du Pétrole et ancien Directeur général de la Société Gabonaise de Raffinerie (SOGARA), veut, via la Nyanga, se repositionner dans l’échiquier politique gabonais avec en orbite 2023. Mais est ce le schéma représentatif de la volonté du chef de l’Etat de voir des hommes neufs et intègres émerger  dans les provinces ? « Voilà un homme jamais responsable de rien, pret à trahir pour une place au soleil prétendre désormais endosser le leadership  dans une province qui ne manque pourtant pas d’homme et femme qui ont encore une once d’honneur », assène à nouveau La Cigale Enchantée

On peut toutefois souligner un fait dans cette affaire, l’impudence et la témérité dont fait montre « Juda Escariot » Mboumba en allant à l’assaut de la Nyanga. Dans un contexte où la pondération, la décence et la sagesse auraient recommandé un peu de tenu, Noel Mboumba en liberté préventive et dont on attend toujours le procès, expérimente les attaques politiques, qui plus est, dans un fief déjà bien miné. Quel toupet!!

Dans tous les cas, le retour de Noel Mboumba dans cette province consacre une réalité. « Un repris de justice de moins pour l’Ogooué-Maritime et un voleur présumé de plus pour la Nyanga » ! Une forme osée sortie par la Loupe mais assez représentative de la situation dans la Nyanga. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*