Ralliement de Eyeghe Ndong à Ali Bongo: Bilie-By-Nze fait allusion au «Cheval de Troie»

Alain Claude Bilie-By-Nze annonce à sa façon sa satisfaction après le départ de Jean Eyeghe Ndong de l’opposition ©DR

C’est par le biais d’un post sur compte officiel Twitter que le ministre d’Etat, Alain Claude Bilie-By-Nze, un des hommes forts d’Ali Bongo Ondimba a réagi à la démission de Jean Eyeghe Ndong de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR) actant ainsi son retour dans la majorité. Un retour salué par le ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques comme à son habitude dans son style caractéristique, avec une pointe de sarcasme. 

La déclaration de l’ancien Premier ministre  Jean Eyeghe à son domicile, ce jeudi 12 août 2021 n’aurait pas pu laisser indifférent le landerneau politique. Qu’il s’agisse de l’opposition ou de la majorité aux affaires. 

C’est dans cet élan qu’à la suite de l’annonce du dernier chef du gouvernement de feu Omar Bongo indiquant qu’il décide de se « déployer ailleurs que dans la CNR et de se mettre à la disposition de la République c’est à dire de l’Etat », l’ancien porte-parole du gouvernement a tenu à réagir. 

Alain Claude Bilie-By-Nze a d’abord salué le retour dans la « maison du père » de celui dont il était l’un des membres du gouvernement du temps de son appartenance au régime et au Parti Démocratique Gabonais (PDG, et ce, nonobstant les bruissements et les grincement de dents des mécontents. « Il y a de la clameur dans le ciel lorsqu’un enfant revient dans la maison du Père » a-t-il twitté. 

LIRE AUSSI: Gabon: Jean Eyeghe Ndong lâche Jean Ping, se met au service de l’Etat et attend un compromis

Pour Alain Claude Bilie-By-Nze, le retour de Jean Eyeghe Ndong, l’un des cadres d’antan du « parti des masses » ayant rallié l’opposition depuis 2009, à la veille des élections présidentielles de la même année, se doit être salué convenablement. Il précise toutefois qu’il est important de ne pas omettre certaines réalités consubstantielles à la pratique de la politique politicienne, capable des scénarios les plus improbables et le plus inattendus. Et pour jeter le trouble dans l’esprit de l’opinion, il a évoqué la notion de « Cheval de Troie », symbole de la ruse et de la duplicité. « Saluons donc le retour de toutes ces personnalités mais n’oublions pas de lire ou de relire le Cheval de Troie », a-t-il conclu. 

Doit-on comprendre que ce retour était programmé et que la passage de pouvoir à l’opposition de Jean Eyeghe Ndong n’était qu’un complot ? Ou inversement, c’est le retour d’un ancien opposant dans les rangs du pouvoir qui doit être interprété comme une manoeuvre pour détruire de l’intérieur le PDG ? Dans tous les cas, Alain Claude Bilie-By-Nze vient de jeter un pavé dans la marre. 

Pour l’histoire, le Cheval de Troie dans la Grèce antique est une ruse imaginée par Ulysse Le cheval fut fabriqué par Épéios en conflit contre Troie. Feignant de renoncer à la guerre, les Grecs allèrent à l’île voisine de Ténédos et persuada les Troyens que le cheval était une offrande à Athéna et que sa possession rendrait Troie imprenable. En réalité, beaucoup de soldats se cachaient dans le cheval en bois. Les Troyens font entrer le cheval dans la ville assiégée et la nuit venue, les soldats sortent du cheval et dévastent la ville de Troie. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*