Test-Covid-19: le Copil prend 1 milliard chaque mois aux Gabonais

Le ministre de la Santé le Dr Guy Patrick Obiang Ndong doit faire la lumière sur l’affectation de ces fonds Covid-19 ©DR

Libreville, le 24 août 2021. (Dépêches241). Gratuit au départ de la crise sanitaire en mars 2020 par la volonté du chef de l’Etat, les tests Covid-19 sont  peu à peu devenus payants, au gré de l’évolution de la crise, et d’un changement de perception au sein du Comité de Pilotage du Plan de veille et de Riposte contre la Covid-19 (Copil). Des tests VIP d’abord, au test simple tout rentre dans la poche du Copil-Coronavirus qui selon nos confères de Gabon Media Time font rentrer dans leurs caisses, pas moins de 1 milliard de FCFA et ce, mensuellement. 

Depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19 en mars 2021, la question de fonds Covid perçus et surtout celle de leurs affectations sont curieusement toujours taboues. Guy Patrick Obiang Ndong ni du temps où il était porte-parole du comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon, ni actuellement, alors qu’il est désormais ministre de la Santé, n’a jamais voulu répondre à cette problématique manifestement épineuse.  

Les raisons ayant poussé le Copil à garder une certaine opacité sur ce sujet prennent peut-être source, dans les sommes particulièrement importantes nées de la réalisation de ces tests dans les structures agréées. A cette question notre confrère Gabon Media Time fait état de ce que « selon l’évaluateur certifié des politiques publiques, ces fonds seraient estimés à 1 milliard de francs CFA mensuel », a-t-on pu lire. 

Une somme faramineuse qui contraste avec le contexte économique et social particulièrement fragile et qui a, tout naturellement, attiré les regards de la  Société gabonaise de suivi-évaluation des politiques publiques, laquelle a invité le Copil 

le 21 août dernier, à déclarer ses revenus au Trésor. « Le Copil est appelé à déclarer au Trésor public les sommes perçues sur les Tests devenus payants pratiqués sur toute personne contre la Covid désirant se rendre en province, et pour toute personne venant de l’étranger qui entre au Gabon », a déclaré Petit-Lambert Ovono, propos relayé par Gabon Media Time
Il n’en fallait pas plus pour que des voix s’élèvent pour réclamer transparence et clarté sur la gestion et l’affection de ces fonds en interpellant en outre la Cour des comptes aux fins  « d’éclairer la lanterne des Gabonais en rendant public le montant des sommes récoltées et la loi qui l’autorise », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*