Obligation vaccinale : les personnels de santé rabrouent Guy Patrick Obiang

Guy Patrick Obiang fait face au refus des personnels de santé à se faire vacciner obligatoirement ©DR

Libreville, le 25 août 2021 (Dépêches241). En réaction à la demande du Ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang qui depuis plusieurs semaines somme les personnels de santé de se plier à la vaccination, les responsables du Syndicat National des Personnels Santé et Assimilés (Synapsa) ont dénoncé « une décision dangereuse », rapporte notre confrère Gabonreview

À rebours des affirmations d’Ali Bongo Ondimba qui a plusieurs fois martelé que la vaccination relevait du libre choix et de la volonté de chacun, Guy Patrick Obiang s’est lancé depuis quelques jours dans une traque à l’endroit des personnels de santé qui rechignent à se vacciner. Dans ce sens, le ministre de la Santé a produit une note récemment rappelant à ses administrés l’impérieuse nécessité de passer par la case vaccin. 

Une note qui a suscité l’ire des responsables du Syndicat National des Personnels de Santé et Assimilés (Synapsa) lesquels ont a clairement fait savoir au ministre de la santé qu’il était opposé à cette mesure qui contrevient à logique de volontariat qui prévalait dès l’annonce de la campagne de vaccination. « Le gouvernement a toujours affirmé que la vaccination contre le Covid-19 est volontaire, et a toujours communiqué sur la catégorie de personnes devant être épargnées par cette opération » a fait remarquer le Syndicat. 

Ce dernier offusqué s’est ensuite interrogé sur les raisons de revirement de position qui tend à imposer la vaccination à tout le monde. « Qu’est-ce qui explique ce revirement quand ont sait qu’il y a des personnels qui ont des antécédents de santé ? Le Synapsa s’étonne donc de cette imposition qui est en parfaite violation flagrante du Pacte international des droits politiques et civils qui stipule qu’aucun traitement ne peut être administré à une personne sans son consentement » poursuit-il.

Les responsables du Synapsa ont annoncé ce vendredi la tenue d’une assemblée générale générale visant à dénoncer cette position du ministre de la Santé jugée dangereuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*