Fonction Publique: Madeleine Berre met en place des pointeuses pour surveiller les fonctionnaires

la ministre de l’Emploi, de la Fonction publique Madeleine Berre a décidé d’installer des pointeurs biométriques pour surveiller les fonctionnaires ©DR

Afin de combattre l’absentéisme notoire, de contrôler l’investissement des agents de la fonction publique et de lutter contre les fonctionnaires fantômes, la ministre de l’Emploi, de la Fonction publique du Travail et de la Formation professionnelle Madeleine Berre a décidé d’installer des pointeurs biométriques. Reste à savoir si cette mesure sera efficiente et surtout effective.  

C’est à l’issue des conférences budgétaires débutées le 5 août dernier que la ministre de l’Emploi, de la Fonction publique du Travail et de la Formation professionnelle a énoncé les actions prioritaires à mettre en place dans son département ministériel. Outre les échanges sur la matérialisation du Plan d’accélération de la transformation (PAT) et principalement sur l’assainissement des dépenses publiques, Madeleine Berre a insisté sur la nécessité de déployer les mécanismes pour améliorer la fonction publique. 

A cet effet, s’agissant de la fonction publique, pour Madeleine Berre l’objectif l’objectif est de veiller à assainir la dépense de salaire.. «Nous avons donc envisagé la mise en œuvre de projets qui vont nous permettre de maîtriser le recrutement, le contrôle de présence de l’agent et de sa productivité à travers l’installation de pointeuses biométriques qui devront être connectées à la Solde», a-t-elle déclaré.  

Ce système de pointeurs biométriques que veut installer Madeleine Berre dont le coût, ni l’effectivité n’ont été communiqués, aura pour objet de surveiller la présence au poste des fonctionnaires et d’avoir un regard sur leur temps de travail. Ainsi, l’Etat aura donc grâce à cet outil, un mécanisme pour contrôler efficacement les activités des agents de l’administration et d’avoir en sus, une idée sur les fonctionnaires fantômes. 

Pour Madeleine Berre, il est impérieusement nécessaire d’améliorer la productivité de nos agents et de les redéployer en fonction de leurs compétences et fonctionner comme une administration moderne, avec tous les outils informatiques qui s’imposent», a-t-elle conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*