Prison de Nkoltang: les études du projet ont (enfin) débuté

Le projet de la Prison de Nkoltang va t-elle si il voit le jour améliorer les conditions de détentions des prisonniers ©DR

Libreville, 27 août 2021 (Dépêches 241). C’est la substance de la rencontre entre la ministre de la justice garde des Sceaux Erlyne Antonela Ndembet et le ministre des Travaux publics Léon Armel Bounda Balonzi lesquels étaient assistés des experts aguerris des deux départements ministériels. 

Annoncé depuis plusieurs années par les autorités gabonaises, visiblement, le projet relatif à la construction de la prison de Nkoltang, ville située à une vingtaine de kilomètres de la commune de Libreville, va bientôt démarrer. C’est du reste ce qu’on peut tirer de la séance de travail qui s’est tenue ce mercredi 25 août 2021 entre la ministre de la Justice, Antonella Ndembet épouse Damas, et son collègue des Travaux publics, Léon Armel Bounda Balonzi. Accompagnés de leurs collaborateurs respectifs, les deux membres du gouvernement ont fixé les enjeux de ce projet.

La ministre de la Justice gardes des Sceaux, Erlyne Antonella Ndembet qui s’adressait aux experts des deux parties, leur a recommandé dans ce projet qui concerne aussi la réfection et extension de la maison d’arrêt de Libreville, de travailler avec pragmatisme pour l’aboutissement de ce dossier ô combien important. 

Tout au long de cette phase d’étude, les experts sont appelés à produire des comptes rendus hebdomadaires sur l’évolution des études devant permettre la concrétisation de ce projet resté au stade des simples intentions. Les deux membres du gouvernement ont exigé auprès des experts que ces chantiers respectent les normes internationales en matière de construction de prison et d’humanisation de l’univers carcéral gabonais marqué gangréné par des conditions de vie inhumaine dont l’une des raisons est la surpopulation des ses prisons.

Au sujet de la construction et de la réhabilitation de l’ensemble des prisons du Gabon, la garde des Sceaux et le ministre des TP, ont rassuré que les appels d’offres ont été passés. Même les entreprises adjudicataires ont déjà signé tous les contrats. Un état de faits  qui permet à ce que les études évoluent normalement. 

Si le gouvernement venait à construire la prison de Nkoltang et les modernisations des maisons d’arrêts existences, sans risque de nous tromper, le phénomène de surpopulation de l’univers carcéral tant dénoncé et décrié sera résolu. Vivement l’aboutissement de ces projets qui engagent l’image du Gabon auprès des organismes défenseurs des droits de l’Homme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*