Tentative de corruption de Ossouka Raponda: Massasa auditionné par le B2

Vincent de Paul Massasa, le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures est dans les beaux draps ©DR

Libreville, le 23 septembre 2021 (Dépêches241). Cette information nous a été révélée par le journal pro opposition Echos du Nord Confidentiel , dans sa parution du 21 septembre dernier, 15e numéro de l’année. Selon ce bimensuel, l’actuel ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, Vincent de Paul Massasa accusé d’avoir tenté de corrompre Rose Christiane Ossouka Raponda a été auditionné à plusieurs reprises, ces deux dernières semaines, par les éléments de la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (DGCIM), communément appelée B2. 

Le fossé se rapproche un peu plus de Vincent de Paul Massassa. Le ministre des Mines du gaz et du Pétrole, englué depuis quelques semaines dans une sombre affaire de tentative de corruption et de détournement de deniers publics, aurait été entendu depuis plusieurs jours par la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire. 

LIRE AUSSI: Gabon: Vincent de Paul Massassa évincé du gouvernement et mordu par le Scorpion ?

Des auditions qui font suite non pas à une affaire mais à deux affaires selon nos confrères de Echos du Nord. La première serait liée aux royalties pétrolières, et l’autre concernant des fonds irréguliers proposés au Premier ministre,  Rose Christiane Ossouka Raponda. « La deuxième (affaire, Ndlr) étant considérée comme une tentative de corruption, ce qui pourrait engager des poursuites pénales, à l’encontre du membre du gouvernement. La première quant à elle, n’est pas moins grave. Il s’agirait d’une distraction de plusieurs dizaines de millions de dollars. On parle des grosses sommes d’argent, allant de 35 millions à 40 millions, qui auraient été transférées dans des comptes offshore », confirme le très critique Echos du nord.

LIRE AUSSI: Affaire Massassa: Rose Christiane Ossouka Raponda aurait refusé près de 295 millions de FCFA

Avant ces révélations du journal gabonais, l’organe panafricain, la très informée Lettre du Continent, avait déjà dévoilé les mêmes indiscrétions et communiqué le montant de plus de 250 millions de Fcfa, qui aurait été proposé au premier ministre gabonais Rose Christiane Ossouka, par son membre du gouvernement. 

Des faits qui poussent encore plus Vincent de Paul Massassa vers la porte de sortie du gouvernement et le rapproche inéluctablement de Sans Famille, car au niveau de la présidence, les intentions sont claires. Si d’aventure, les faits reprochés au membre du gouvernement sont avérés « il sera sanctionné », avait affirmé le porte-parole du gouvernement Jessy Ella Ekogha pendant sa conférence de presse du 14 septembre dernier. 

LIRE AUSSI: Affaire Massassa: Francis Nkea au révélateur de l’application de la politique de « Tolérance Zéro » d’Ali Bongo Ondimba
Une parole qu’il devra tenir à l’heure où le gouvernement gabonais est fortement engagé dans la lutte contre la corruption à travers la politique de « Tolérance Zéro » initiée par le président de la République Chef de l’Etat et soutenue par le ministre de la Lutte contre la Corruption Francis Nkea Ndzigue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*