Présidentielle 2023: «Rupture» le mot à dire de Marie-Sylvie Hervo-Akendengue sur les maux du pays

Marie Sylvie Hervo-Akendengue entend porter la rupture ©DR

Libreville, 29 septembre 2021 (Dépêches241). La candidate déclarée à la prochaine présidentielle de 2023, Marie-Sylvie Hervo-Akendengue, a tenu le weekend dernier une conférence de presse au cours de laquelle, elle n’a pas manqué de rappeler son ambition d’être la première femme Chef d’Etat élue démocratiquement au Gabon.

Face à la presse nationale, Marie-Sylvie Hervo-Akendengue a tiré la sonnette d’alarme sur bien des maux qui minent notre pays et ce, dans l’optique d’attirer l’attention des médias qui ont un rôle important à jouer selon elle. 

Les fonctionnaires humiliés concernant le paiement intégral de leur retraite dans le secteur public-privé, des compatriotes cités dans des scandales financiers qui ne sont pas inquiétés par la justice, les crimes dits de sang kidnapping et autres, le manque de dépolitisation de l’éducation nationale, la disparition de la banque alimentaire, la médiocrité institutionnalisée au détriment de la méritocratie. Autant de maux dénoncés, parmi tant d’autres, par celle qui estime être Là voix des sans voix tout en prétendant vouloir incarner «Rupture»

Pour la deuxième femme candidate déclarée après Victoire Lassent Duboze en 2005, «Les hommes ont échoué concernant notre Gabon. Il est temps qu’une femme, la Mère allaitante apporte la paix, la sérénité dans notre beau Gabon» a-t-elle déclarée. 

C’est le 1er juin 2020 qu’elle a officiellement déclaré sa candidature et entend bien ne pas se laisser mystifier ou manipuler pour y renoncer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*