Retrait des troupes gabonaises de Bangui: Georges Mpaga demande la tête Michael Moussa Adamo et de Yves Ditengou

Georges Mpaga demande la démission de Mickaël Moussa Adamo et Yves Ditengou ©DR

Libreville, 29 septembre 2021 (Dêpêches241). Pointant du doigts la la responsabilité de Mickaël Moussa Adamo, et de Yves Ditengou dans l’éviction des militaires gabonais engagés dans la Minusca, Georges Mpaga, militant des droits de l’homme et président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), a récemment invité le ministre de la Défense nationale et le commandant en chef des forces armées gabonaises à rendre leurs tabliers rapporte Gabon Média Time

Un peu plus de deux semaines après l’éviction manu militari des militaires gabonais engagés dans la Minusca, certains acteurs de la société civile gabonaise ne décolèrent pas. C’est le cas de Georges Mpaga, le président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) qui en guise de sanction,  a tout bonnement réclamé la démission du ministre de la Défense nationale, Mickaël Moussa Adamo, et celle du commandant en chef des forces armées gabonaises, le général de brigade Yves Ditengou. 

À LIRE AUSSI:  Centrafrique: l’ONU retire les casques bleus gabonais soupçonnés d’abus sexuels

Selon Georges Mpaga ces derniers doivent rendre leurs tabliers car, les responsables de cette dérive, qui ternit encore en plus l’image du pays, sont tapis dans l’ombre au sein du ministère de la Défense nationale et du haut-commandement militaire

«Les responsables de cette tragédie sont approuvés directement dans l’administration, au sein du ministère de la Défense. De ce point de vue, le chef d’État-major des armées, le ministre de la Défense doivent être démis de leurs fonctions. C’est l’image du Gabon qui est ternie » a déclaré le militant des droits de l’homme.

À titre de rappel, le 15 septembre dernier, 450 casques bleus gabonais accusés d’abus sexuels, avaient été priés par l’ONU de quitter la Centrafrique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*