Covid-19: Le général Effayong fait interdir l’accès à la prison à toute personne non vaccinée

l’accès à la Prison centrale est désormais conditionée par la présentation d’un pass vaccinal ©DR

Libreville, le 30 septembre 2021 (Dépêches 241). À l’instar de plusieurs administrations au Gabon qui tendent à rendre obligatoire le vaccin contre la Covid-19, la sécurité pénitentiaire par la voix de son commandant en Chef a, elle aussi, décidé de se mettre au diapason de ce qu’il y a lieu d’appeler la volonté de l’exécutif. Le général Jean Germain Effayong vient en effet de conditionner l’accès à la prison centrale par la présentation d’un pass vaccinal, rendant ainsi le vaccin obligatoire dans l’administration pénitentiaire. 

En prenant la décision de rendre obligatoire le vaccin contre la Covid-19 à la sécurité pénitentiaire, le général Jean Germain Effayong commandant en Chef de la sécurité pénitentiaire a pris non seulement le taureau par le corne, mais il s’est également aligné sur la volonté de Michael Moussa Adamo qui avait annoncé au terme d’une conférence organisée le 30 mai 2021 dernier, que le « vaccin était obligatoire » pour les hommes de corps. 

Un ordre que le général Jean Germain Effayong s’est empressé de mettre à exécution dans le seul but de protéger les détenus et le personnel pénitentiaire en contact constant avec ces prisonniers. « Un seul cas de contamination dans cette prison c’est l’hécatombe (…) derrière ces murs vivent plus de 3 000 âmes placées sous notre surveillance quotidienne », a-t-il déclaré. 

LIRE AUSSI: Gabon: Oligui Brice conditionne l’accès à la Présidence par la présentation d’un carnet de vaccination

Et pour éviter une situation qui serait dramatique humainement l’homme n’hésite pas à prendre des décisions drastiques à l’instar de celle prise le 27 septembre où, « l’ensemble des agents, gradés ou non, n’ayant pas été vaccinés ont été renvoyés à leur domicile », nous informe nos confrères de Vox Populis. 

Ces dispositions prises par le numéro un de la sécurité pénitentiaire dénotent sans aucun doute de la pression mise au sommet de l’Etat pour atteindre l’objectif fixé qui est de 60% de personnes vaccinées. Aussi, le général Jean Germain Effayong, lucide sait  très bien que sa tête sera mise à prix si d’aventure le Gabon enregistre une cascade de morts dus à la Covid-19 à la prison centrale. Reste à savoir si cette obligation ne concerne que les agents uniquement, ou s’étend t-elle aux personnes extérieures qui viennent en visite. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*