Gabon: Les policiers bientôt formés à la sécurité des journalistes

des policiers gabonais en actions ©DR

Libreville, 30 septembre 2021 (Dépêches 241). C’est une initiative de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Le 28 septembre 2021, le ministre gabonais de l’Intérieur, Lambert Noël Matha a reçu le représentant au Gabon de cette institution onusienne avec qui il a échangé sur le projet d’intégration des modules du maintien de l’ordre et de la sécurité des journalistes dans le cursus de formation des officiers de la Police nationale.

Selon l’UNESCO, « en moyenne, tous les cinq jours un journaliste est tué pour avoir informé le public ». De quoi interpeller les autorités gabonaises sur l’urgence d’assurer la sécurité de ces professionnels des médias. C’est en effet, cette question sécuritaire qui a été au cœur des échanges le 28 septembre dernier, entre Lambert Noël Matha, Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, et Eric Voli Bi, représentant au Gabon par intérim de l’UNESCO. 

« Les deux personnalités qui étaient assistées de plusieurs de leurs collaborateurs ont échangé sur le projet d’intégration des modules du maintien de l’ordre et la sécurité des journalistes dans le cursus de formation des officiers de la police nationale », résume un communiqué du Ministère de l’Intérieur. 

Faut-il le rappeler, aussi bien en temps de paix qu’en situation de conflits, les journalistes sont souvent victimes d’enlèvements, d’intimidations, d’arrestations illégales et de détentions arbitraires perpétrés par les forces de l’ordre. Au Gabon, l’usage excessif de la force qui caractérise généralement les interventions policières menace la sécurité intérieure. C’est sans doute l’une des raisons qui explique que depuis trois ans, la police gabonaise a initié une journée nationale dédiée à la sécurité intérieure pour tenter de freiner ce phénomène. 

Yannis Dikaka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*