Gabon : la construction de deux centres de formation au cœur d’une rencontre entre Madeleine Berre et la Banque Mondiale

Madeleine Berre en compagnie des représentants de la Banque Mondiale que sont Abdoulaye Seck et Alice Ouédraogo ©DR

Libreville, le 1er octobre 2021 (Dépêches 241). En soutien à l’État gabonais, la Banque Mondiale va financer la construction de deux centres de formation professionnelle au Gabon. Cette initiative qui s’inscrit dans le cadre du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (PRODECE) a été au cœur de l’audience accordée récemment par la ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre aux représentants de la Banque Mondiale, dont la délégation était conduite  par Abdoulaye Seck et Alice Ouédraogo.

La Banque Mondiale va financer la construction de deux centres de formation professionnelle au Gabon. C’est à cet effet qu’une rencontre entre la Ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre et une délégation de la Banque Mondiale conduite par Abdoulaye Seck directeur des opérations de l’institution financière pour le Gabon s’est tenue ce jour. 

Il s’est agit au cours de cette rencontre, pour les deux parties « de faire un point d’étape sur la mise en œuvre du projet qui concerne la construction de deux centre de formation professionnelle dont le centre sectoriel BTP/BOIS et le centre sectoriel TIC ». Pour la représentante de la Banque mondiale, Alice Ouédraogo, l’inauguration de ces deux centres de formation est attendue dans quelques mois. Aussi, pense-t-elle « qu’ils seront les meilleurs de ce qu’on peut faire de par le monde, sans compter la réhabilitation d’autres centres » présents sur le territoire national.   

Rappelons que ces travaux s’inscrivent dans le cadre du Projet de développement des compétences et de l’employabilité (PRODECE) qui est une initiative de l’État gabonais financée par la Banque mondiale à hauteur d’un peu plus de 56 milliards de francs CFA.  Ainsi, à travers le PRODECES, le Gabon s’est donné pour objectif de former 6500 jeunes âgés de 18 à 34 ans sur une période de 5 ans. Point besoin de rappeler que la question du chômage des jeunes est une question centrale pour le septennat du président de la République, Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*