Médias: les patrons de presse dénoncent les contrats précaires offerts par GSEZ à ses partenaires

les médias partenaires de GSEZ réclament un meilleur traitement ©DR

Libreville, 4 octobre 2021 (Dépêches 241). Les responsables de l’Union des patrons de la presse indépendante (UPPIG), ceux du Réseau national des journalistes indépendants (Rénaji), ainsi que plusieurs patrons de presse se sont retrouvés ce samedi 2 octobre en réunion à Libreville. A l’unanimité, ils ont dénoncé les contrats précaires, offerts par la GSEZ à ses médias partenaires.

Le torchon brûle entre la GSEZ et ses médias partenaires. C’est en tout cas le sentiment qui s’est dégagé, à l’issue de la réunion qui était organisée le samedi écoulé, et à laquelle prenait part, l’UPPIG, le Rénaji ainsi que plusieurs patrons de presse bien connus sur la scène nationale. En effet, évoquant les contrats de partenariats entre GSEZ et les entreprises de presse, les participants à cette rencontre se sont indignés face aux montants dérisoires imposés par la GSEZ aux médias, en sus du non-respect de ses engagements en ce qui concerne l’exécution des contrats. 

Des contrats jugés d’ailleurs «problématiques», si l’on s’en tient au compte rendu de la réunion qui est parvenu à la rédaction de Dépêches 241 hier dimanche. Excédés par cette situation, les responsables de médias ont invité la GSEZ à reconsidérer les  «montants indécents et minables» attribués à certaines entreprises de presse (25 000 FCFA mensuel pour certains médias). 

En outre, les patrons de journaux ont souhaité que la GSEZ procède à un toilettage du fichier de ses partenaires médias, infesté d’entreprises fictives qui reçoivent indûment des montants importants au détriment d’entreprises de presse légalement constituées. Mieux, ils ont  invité la GSEZ à donner des garanties en ce qui concerne le respect des échéances de paiement, tout en rappelant à l’entreprise de bien vouloir solder ses dettes à l’endroit des organes de presse. 

Toujours selon le compte rendu de la réunion, plusieurs responsables de médias ont menacé de résilier leurs contrats avec GSEZ, si leurs revendications n’étaient pas entendues. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*