Gabon: À l’arrêt depuis plusieurs semaines les feux tricolores du PK8 constituent un danger pour les usagers

Les feux tricolores du Pk8 ne fonctionnent plus depuis bientôt 1 mois ©DR

Libreville, 5 octobre 2021 (Dépêches 241).Depuis plusieurs semaines, les feux tricolores du PK8 au « Chaud Chaud » ne fonctionnent plus occasionnant ainsi un désordre innommable entre automobilistes et piétons qui dans un capharnaüm se marchent dessus en essayant de passer les voix les premiers. Une situation favorable aux accidents de la circulation tant personne ne respecte rien. 

L’Etat ou la municipalité attend t-il qu’un drame soit enregistré à cet endroit pour prendre des décisions concernant ce feu qui n’est plus fonctionnel depuis bientôt un mois  ? Faut-il qu’une famille soit endeuillée pour que des dispositions soient prises afin de réparer ces feux tricolores favorables à une circulation fluide ? 

Ce sont les interrogations qu’il y a lieu de se poser au regard de l’apathie dont fait montre l’État face à la situation des feux tricolores du PK8 qui ne fonctionnent plus et donc qui occasionnent des situations diversement dangereuses, mais qui, étrangement, ne semble pas émouvoir les autorités. « Plusieurs semaines déjà que ces feux ne fonctionnent pas. Regardez comment circulent ces voitures sans aucune régulation. Personne ne respecte personne, tout le monde veut passer en 1er. Si rien n’est fait, on va bientôt enregistrer un accident et c’est là où l’Etat interviendra. C’est triste », réagissait avec un certain dépit un riverain interrogé par la rédaction de Dépêches 241.  


Même son de cloche pour un automobiliste contraint de garer en attendant que la circulation soit moins dense, qui estime que cette situation est révélatrice de la situation du Gabon qui a désormais relégué l’anormalité en normalité. « Normalement, un pays sérieux, connaissant le trafic dans cette zone ne peut pas laisser une telle situation perdurer même une seule journée. Mais là nous en sommes à plus de 3 semaines. l’Etat est d’une irresponsabilité qui n’a pas de nom. Je suis contraint de garer en attendant un peu, parce que là j’ai des enfants, et là je regarde la circulation à la moindre erreur tu te fais rentrer dedans et les dégâts peuvent être insurmontables », a expliqué un autre usager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*