Gabon : le préfet de police de Libreville menace de sanction agents non vaccinés placés sous son autorité

les policiers seront désormais contraints de se vacciner ©DR

Libreville, le 5 octobre 2021 (Dépêches 241). Le Préfet de Police de Libreville aurait décidé de menacer les Agents des Forces de Police Nationale (FPN) sous ses ordres, de graves sanctions, dans les cas où ces derniers s’opposent à la volonté du commandement  de se faire administrer le vaccin contre la Covid-19. C’est en tout cas ce que nous indique une note de service n°3040/CCFPN-CAB émanant de la Préfecture de Police qui est parvenue à la rédaction de Dépêches 241 signée du Général de Brigade Bonjean Rodrigue Banza et datée du 28 septembre 2021. 

De l’incitation on est passée aux injonctions et maintenant aux menaces. Les méthodes intimidantes dont font usage les responsables administratifs et ceux des chefs de corps sont de plus plus contre nature en ce sens qu’ils violent la disposition première et alinéa 1 concernant le libre choix et le développement de toute personne.  

De toute évidence, Bonjean Rodrigue Banza, le Préfet de Police de Libreville  n’en a cure à l’instar de plusieurs de ses collègues des dispositions consacrées par notre Loi Fondamentale. Dans une note service il a informé son personnel de ce que « tous les agents placés sous son autorité conformément aux instructions du commandant en Chef des Forces de Police Nationale, contenues dans les notes de service N° 0059/ CEPN-CAB, du 22/04/2021 (…) relative à la vaccination, que l’accès dans les différentes Directions, service et unités conditionné par la présentation portique de chaque entité d’une carte de vaccination dament délivré par les Services de Santé FPN », a-t-on pu lire.

Une recommandation pour laquelle il ne doit rencontrer aucune opposition ou remise en cause, car en bon patron, il prévoit de brandir le bâton et de mettre en avant des moyens coercition contre tous ceux qui auraient à l’idée de nager à contre courant de ses indications. « Tout réfractaire aux présentes instructions s’expose à des sanctions statutaires », a-t-il précisé. En outre, il a instruit tous les responsables d’unité de veiller à « l’exécution stricte des présence instructions auxquelles il «attache du prix », a-t-il conclu. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*