Rencontre Ali Bongo/ Prince Charles: L’adhésion au Commonwealth évoquée

Ali Bongo Ondimba et le prince Charles pendant sa récente visite à Londres ©DR

Libreville, le 11 octobre 2021 (Dépêches 241). À L’occasion de sa traditionnelle conférence de presse tenue le 5 octobre dernier, le porte-parole de la présidence de la République a donné une information qui semble passée sous silence. Jessy Ella Ekogha a en effet annoncé que le dernier déplacement du président de la République à Londres a également été l’occasion d’aborder avec son hôte le prince Charles, la question de l’adhésion du Gabon au Commonwealth. 

Outre les questions liées à la préservation de l’environnement, la dernière visite fin septembre, à Londres, du président de la République, Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, lui a permis d’aborder avec son hôte la question de l’adhésion du Gabon à l’organisation anglophone du Commonwealth. 

C’est une information de la communication présidentielle de le présidence de la République vue qu’elle a été donnée par le porte-parole de la présidence himself. « Le Chef de l’Etat s’est rendu à Londres il y a une dizaine de jours. Ledit déplacement s’inscrit dans la préparation de la Cop 26 qui aura lieu du 1er au 12 novembre en Écosse mais il a également été question, d’avancer sur l’adhésion de notre pays au Commonwealth. » , a-t-il indiqué. 

Il est important de préciser que sans n’avoir jamais été colonie britannique, le Gabon ambitionne de devenir membre de l’organisation du Commonwealth qui rassemble 54 pays dont l’anglais est la langue commune. Le président de la République y avait rencontré, le 11 mai dernier, la secrétaire générale du Commonwealth, la baronne Patricia Scotland, et le prince Charles, pour évoquer la signature de la charte de l’organisation qui devait avoir lieu lors du sommet de Kigali initialement prévu en juin, mais repoussé à une date ultérieure.

« Le Gabon dispose de nombreux atouts pour intégrer le Commonwealth. Notamment l’engagement sur les changements climatiques et les politiques de développement durable, la stabilité du pays depuis de nombreuses décennies et son engagement dans la stabilité de la sous-région et du continent, ainsi que l’engagement du Gabon sur les droits de l’homme et l’égalité des genres ».

 C’est en ces termes que le gouvernement gabonais avait présenté son ambition et son projet d’intégrer cette organisation. Le moins que l’on puisse c’est qu’avec cette activité du Chef de l’Etat, c’est une « adhésion qui est en très bonne voie », comme l’a fait savoir Jessy Ella Ekogha. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*