Affaire Massassa : Ali Bongo est-il en train de désavouer Ossouka Raponda ?

Le mutisme d’Ali Bongo sur l’affaire Massama porte atteinte au crédit et à l’autorité de Rose Christiane Ossouka Raponda dans la gouvernement ©DR

Libreville, le 11 octobre (Dépêches 241). Cette question alimente les débats au sein de l’opinion publique. La Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda semble désavouée par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba eu égard au maintien au sein du Gouvernement du ministre  du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines, Vincent de Paul Massassa. Lequel a été mis en cause dans une tentative de corruption envers la locataire de la Primature.

Vincent de Paul Massassa est-il un intouchable au sein du Gouvernement dirigé par Ossouka Raponda ? C’est l’interogation dont on peut légitiment se poser au regard du mutisme du Chef de l’Etat sur ce qui porte tous les atours d’un scandale d’Etat. Un mutisme qui ne toute évidence porte atteinte à l’autorité d’Ossouka Raponda a sein de son équipe gouvernementale tout en remettant en cause sa crédibilité en tant que Cheffe du gouvernement. 

Toujours en poste après s’être rendu coupable de tentative de corruption envers la  Cheffe du Gouvernement,  l’actuel  ministre du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines, semble bénéficier des bonnes grâces du président de la République Ali Bongo Ondimba. Cette impunité dont bénéficie Vincent de Paul Massassa sonne à tout le moins comme un désaveu du Chef de l’État envers son Premier ministre.

LIRE AUSSI: Affaire Massassa: Rose Christiane Ossouka Raponda aurait refusé près de 295 millions de FCFA

L’on se souvient en effet que cette tentative de corruption a été dévoilée par la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda elle-même, lors du conseil des ministres qui s’est tenu le 11 août 2021 par visioconférence. Elle s’attendait alors, on l’imagine, d’une décision forte du président de la République. Douche froide ! Il en est rien car à ce jour Vincent de Paul Massassa est toujours au gouvernement et sa présence sonne comme une méprise à l’endroit de Rose Christianne Ossouka Raponda. 

Alors que la société civile soutenue par quelques membres de l’opposition a appelé à la démission du ministre incriminé, Ali Bongo Ondimba n’a toujours pas donné suite à cet appel, lui qui s’est pourtant fait chantre de  la bonne gouvernance en prônant la tolérance zéro à l’égard des membres de son administration impliqués dans des faits de corruption.

LIRE AUSSI: Affaire Massassa: Francis Nkea au révélateur de l’application de la politique de « Tolérance Zéro » d’Ali Bongo Ondimba

Rappelons que Vincent de Paul Massassa avait tenté de faire déposer au cabinet de Ossouka Raponda  des sacs de billets contenant près de 300 millions de francs CFA. Si la Première ministre  dénonce   la persistance des mauvaises pratiques au sein du Gouvernement, tout porte à croire qu’elle ne bénéficierait plus du soutien du président de la République. D’ailleurs certains observateurs du landerneau politique national  la voient déjà évincée de la Primature au profit du très ambitieux Alain Claude Bilie-Bi-Nze ou encore du néo- PDGiste René Ndemezo’o Obiang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*