Retour des Casques Bleus Gabonais à Bangui: Touadera pas disposé avant la fin de l’enquête

Le Président Faustin Archange Touadera est ouvert à un retour du contingent gabonais si il est lavé de tout soupçon ©DR

Attendu sur la question centrale du retrait des casques Bleu Gabonais de la mission de la Minusca à Bangui, le président de le République Centrafricaine, son Excellence Faustin Archange Touadera présent en conférence de presse ce mercredi 13 octobre à Libreville, s’est dit suspendu aux conclusions de l’enquête en cours qui devrait situer les responsabilités ou non de la partie gabonaise. Des conclusions sans lesquelles aucun retour de casques bleus en terre centrafricaine ne serait envisageable. 

C’est la position claire et assumée du président de la République Centrafricaine Faustin Archange Touadera qui, présent à Libreville sur invitation du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a donné une conférence de presse au terme de son entretien avec le numéro 1 Gabonais. 

Sans surprise, la question qui est revenue avec insistance est celle de l’évolution de l’enquête initiée sur la bases des accusations formulées par l’Organisation des Nations Unies (ONU) concernant des prétendues accusations d’exploitation et d’abus sexuels des Casques Bleus Gabonais engagés à Bangui dans leur mission pour la Minusca à Bangui. 

LIRE AUSSI: Casques Bleu Gabonais: Moussa Adamo dépêche des enquêteurs en Centrafrique pour faire la lumière sur les accusations

A sa dernière conférence de presse, le porte parole de la présidence de la République, Jessy Ella Ekogha avait indiqué que le rapport préliminaire qui avait été rendu public ne confirmait aucune des accusations. La question sur un retour éventuel des troupes gabonaise à Bangui a donc logiquement été soulevée pendant ce point de presse du numéro un Centrafricain. « Les institutions de la République seront associées à l’enquête qui est menée par le bureau des Nations unies pour avoir une idée précise de la teneur des exactions et du nombre de victimes. Si les faits allégués ne sont pas avérés, nous verrons dans quelle mesure réviser cette position » a-t-il répondu. 

LIRE AUSSI: Centrafrique: l’ONU retire les casques bleus gabonais soupçonnés d’abus sexuels

Une réponse qui laisse entrevoir que toutes la lumière n’a pas encore été faite et que pour l’heure la culpabilité des militaires gabonaise n’est pas levée tout comme l’honneur du pays n’est à ce jour pas sauf sur cette affaire d’abus sexuel des Casques Bleu à Bangui. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*