Gabon: Matha annonce la répression contre les citoyens adeptes de l’insalubrité

Le ministre de l’Intérieur veut sévir pour lutter contre l’insalubrité des citoyens ©DR

Libreville, le 25 octobre 2021 (dépêches 241). Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur,  Lambert-Noël Matha était samedi 16 Octobre dernier, face aux maires centraux et ceux d’arrondissement du Grand Libreville. Notamment, Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum pour une séance de travail. 

Au menu de cette rencontre, il était question pour le membre du gouvernement d’instruire et de responsabiliser les élus locaux sur la problématique récurrente de l’insalubrité dans les grandes villes du Gabon en général, de Libreville la capitale gabonaise et ses villes environnantes en particulier, durant cette entrevue l’homme en a profité pour annoncer une phase répressive contre tout contrevenant. 

Le pays peine depuis plusieurs années à trouver une solution pérenne à ce problème de la gestion des ordures ménagères, mais face à la situation le gouvernement gabonais n’abdique pas, et se montre de plus en plus engagé à donner une réponse plus que favorable à la question. Raison pour laquelle, le patron du ministère de l’Intérieur a tenu à deviser avec les maires de ces différentes communes que sont Libreville, Owendo, d’Akanda et de Ntoum pour trouver un épilogue à cette question. 

L’homme a donc tenu à rappeler à ses hôtes que « la nouvelle loi sur la décentralisation donne les pleins pouvoirs aux maires d’arrondissement dans la pré collecte et le ramassage des ordures ». À cet effet, il a indiqué aux  maires que l’État prévoit d’apporter un équipement adéquat, afin de trouver une solution finale à ce problème. 

Pour finir, le membre du gouvernement et l’ensemble des élus locaux du grand Libreville, ont évoqué la possibilité de l’usage de la répression pour traquer les citoyens inciviques. « Nous avons tellement fait de sensibilisation, la répression va désormais agir. D’où la présence des forces de l’ordre puisqu’il faut le souligner dans chacune de nos villes, nous disposons d’une police municipale » a rappelé Jeanne Mbagou, l’édile d’Owendo. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*