Séparation des pouvoirs: changement de paradigme pour Mborantsuo en intégrant le Commonwealth ?

Marie Madeleine Mborantsuo vente les vertus méconnues de la séparation des pouvoirs au Gabon à la  Commonwealth ©DR

Libreville, le 25 octobre 2021 (Dépêches 241). En visite depuis quelques jours à Libreville, la mission du Commonwealth chargée de statuer sur l’intégration du Gabon dans cet organisme anglo-saxon est allée échanger avec Marie Madeleine Mborantsuo, Présidente de Cour constitutionnelle. La gardienne des lois a profité de cette rencontre pour souligner les efforts de son pays, en matière de protection des Droits de l’homme et de séparation des pouvoirs rapporte nos confrères de  Gabon Média Time

Le Gabon continue allègrement son opération de charme afin d’intégrer le Commonwealth. En effet, la Présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, qui recevait récemment la visite d’une délégation du Commonwealth conduite par le Chef de section d’appui électoral et de promotion de la paix Andrew Linford, a saisi l’opportunité de cette rencontre, pour vanter les multiples actions de son pays dans le sens de la promotion de la démocratie a souligné notre confrère Gabon Média Time. 

LIRE AUSSI: Adhésion du Gabon Commonwealth: le nouvel ambassadeur de France au Gabon donne son avis

Pour la Présidente de la Cour constitutionnel, le Gabon a engagé depuis quelques années plusieurs réformes, qui visent à consolider la protection des Droits des l’homme ainsi que la séparation des pouvoirs. Le tout, dans le but de faciliter la vitalité de la démocratie pour un meilleur vivre-ensemble des citoyens. Des valeurs qui sont d’ailleurs prônées et recherchées dans l’organisation du Commonwealth. 

Des réformes par ailleurs, dont elle reste manifestement la seule à connaître car dans l’opinion, parler de séparation des pouvoirs au Gabon est non sens au regard de certains faits qui clairement, font du principe la séparation des pouvoirs au Gabon un simple vœu pieux sans réelle matérialisation.  

LIRE AUSSI: Rencontre Ali Bongo/ Prince Charles: L’adhésion au Commonwealth évoquée

Bien que très attrayant, le laïus de la Présidente de la Cour constitutionnelle face aux représentants du Commonwealth, peine sérieusement à convaincre dans l’opinion. Surtout lorsque l’on se souvient que dans les faits, une loi adoptée récemment née de la dernière modification de la loi fondamentale donne la possibilité au Chef de l’Etat de nommer les sénateurs. Nous sommes donc là dans un contexte où le pouvoir exécutif a autorité sur le pouvoir législatif. Mieux,  le Président de la République demeure président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). De quoi nourrir la relation incestueuse qui existe entre l’exécutif et le pouvoir législatif, mais surtout mettre un bémol sur les allégations de Marie Madeleine Mborantsuo.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*