Accusations d’abus sexuels en Centrafrique: Moussa Adamo suspend de ses fonctions le Directeur général adjoint du B2

La décision du ministre de la Défense remet à l’ordre du jour la responsabilité des militaires gabonais à Bangui ©DR

Libreville, le 28 octobre 2021 (Dépêches 241). Selon le média Top Info Gabon, le Colonel Landry Mbondo, Directeur général adjoint de la Contre ingérence et de la Sécurité Militaire par ailleurs, commandant du bataillon gabonais N°6 de la Minusca, a été suspendu récemment de ses fonctions par le ministre de la Défense, Michael Moussa Adamo. Ceci, alors que depuis quelques semaines, le gouvernement a ouvert une enquête afin de déterminer les responsabilités, dans les accusations de viols portées contre le contingent gabonais, qui a été débarqué de la Centrafrique le 15 septembre dernier. 

L’enquête ouverte par les autorités, dans le but de faire la lumière sur les accusations de viols et d’abus sexuels qui avaient conduit à l’éviction du contingent gabonais de la Centrafrique a-t-elle livré ses premières conclusions ? La réponse pourrait être affirmative, si l’on analyse avec minutie la décision prise par Michael Moussa Adamo récemment. 

En effet, selon les informations de notre confrère Top Info Gabon, le ministre de la Défense par le biais de la note de service N°004902/MDN/CB datée du 26 octobre 2021, a décidé de suspendre de ses fonctions le Colonel Landry Mbondo, Directeur général adjoint de la Contre ingérence et de la sécurité militaire mais surtout, commandant du bataillon gabonais N°6 en Centrafrique. 

LIRE AUSSI: Casques Bleu gabonais: Faustin Touadera annonce l’ouverture d’une enquête du parquet centrafricain

Ainsi donc, pour notre confrère, il ne fait quasiment aucun doute, que cette suspension serait liée aux informations obtenues dans le cadre de l’enquête conjointement menée par le gouvernement et l’ONU, portant sur les accusations de viols contre le contingent gabonais de la Minusca. « C’est justement en lien  avec les allégations d’abus sexuels dont se seraient rendus coupables les hommes sous ses ordres que l’officier supérieur est déchargé de ses responsabilités » a d’ailleurs souligné l’article de presse. 

LIRE AUSSI: Retour des Casques Bleus Gabonais à Bangui: Touadera pas disposé avant la fin de l’enquête

De quoi donner du relief à la position prise par président de la Centrafrique Faustin Archange Touadera qui pendant sa visite au Gabon le 13 octobre dernier avait indiqué que la justice de son pays ouvrait une enquête spéciale et qu’il ne souhaitait en sus pas de retour du contingent gabonais, avant la fin de ladite enquête. Au regard de la décision prise par Michael Moussa Adamo, on peut s’avancer sans risque de se tromper que les Gabonais ne sont peut être pas exempts de tout reproche dans les accusations avancées par l’ONU.  

À titre de rappel, le 15 septembre dernier, le contingent gabonais de la Minusca avait été chassé Manu militari de la Centrafrique à la suite des accusations de viols. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*