Nicole Assélé: « les mesures gouvernementales contre le covid-19 créent une fracture dangereuse entre les vaccinés et les non-vaccinés »

La responsable du CLR se désolidarise de la démarche du gouvernement sur les nouvelles mesures gouvernementales ©DR

Libreville, le 3 novembre 2021 (Dépêches 241). Le gouvernement a pris des mesures clivantes en rendant le vaccin obligatoire et en augmentant le coût du test PCR. C’est du moins ce que pense Nicole Assélé, déléguée générale du Centre des libéraux réformateurs (CLR), laquelle estime que les personnes non vaccinées sont « honnies et bannies de la République ». 

La Déléguée générale du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Nicole Assélé, n’est pas restée de marbre suite aux dernières mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus. Ces mesures rendent en effet le vaccin obligatoire pour toutes personnes désireuses de se rendre dans l’administration publique en plus de l’augmentation du coût du test PCR. Cela dit, dans une récente publication sur sa page facebook, Nicole Assélé dénonce des mesures clivantes et discriminatoires qui créent une fracture dangereuse entre les citoyens vaccinés et ceux non vaccinés.

« J’observe que les récentes décisions du gouvernement visant à freiner la poussée des contaminations au covid-19, aussi salutaires qu’elles soient, revêtent tout de même des aspects clivants pour la société gabonaise », a-t-elle écrit sur sa page facebook.

LIRE AUSSI: Covid-19: le gouvernement annonce la fin de la gratuité des tests PCR

Médecin de formation et leader du CLR,  parti membre de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence, Nicole Assélé reste  dubitative sur l’efficacité et l’impact de ces mesures. D’autant plus que lesdites mesures semblent n’être calibrées que pour l’agglomération du Grand Libreville, « À Mbigou, Ekata, Akieni, Omboue…etc, où faire son test PCR pour avoir accès aux administrations publiques ? » s’interroge-t-elle.

LIRE AUSSI: Covid-19: Les tests PCR vip passent de 20 mille à 50 mille

Pour elle, la présentation d’un test PCR négatif devrait suffire pour montrer patte blanche lors des contrôles liés à cette pandémie. Car, rappelle-t-elle,  le droit de disposer de son corps est un droit absolu et inaliénable. De plus, la leader du CLR s’insurge-t-elle contre la cherté des tests PCR alors que le citoyen lambda, est déjà économiquement asphyxié depuis deux ans. 

Toutefois, bien qu’ayant fustigé le caractère clivant des dernières mesures gouvernementales pour limiter la flambée épidémique, Nicole Assélé invite les militants du CLR et l’ensemble des compatriotes à se faire vacciner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*