Coopération: pays de sa convalescence, Ali Bongo rend hommage au Maroc

Le Chef de l’Etat est très heureux de repartir au Maroc où il effectué une bonne partie de son convalescence après son AVC ©DR

Lundi 8 novembre 2021 ( Dépêches 241). Le président de la République, Chef de l’Etat est arrivé le vendredi 5 novembre dernier au Maroc pour sa dernière d’un marathon diplomatique entamé il y a une semaine. Un retour au royaume chérifien chargé d’émotion pour Ali Bongo Ondimba, en témoigne cet hommage rendu à son arrivée en terre marocaine.

De retour de Ryad pour une visite de travail et de Glasgow en Ecosse où il a pris part de façon active à la Cop 26, le président de la République Ali Bongo Ondimba s’en envolé pour rabat au Maroc pour visite d’amitié et de travail. 

Un retour au pays de sa Majesté le roi Mohamed VI, visiblement marquant pour le chef de l’Etat qui s’est dit très « Heureux d’être au Maroc, un pays cher à mon cœur, pour une visite de travail et d’amitié », a-t-il déclaré.  Un retour encore plus important car c’est pour lui l’occasion de retrouver le roi du Maroc avec qui il a lié depuis sa tendre enfance une relation fraternelle qui date de leurs pères respectifs Omar Bongo Ondimba et sa Majesté Hassan II. « Encore plus heureux d’y retrouver mon frère, Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a-t-il précisé. 

Mais s’il est une chose que le numéro un gabonais a souligné dans son message à son arrivée au Maroc c’est le soutien sans faille de ce pays pour sa part dans les moments les plus critiques de sa vie. « Je n’oublierai jamais tout ce qu’il a bien voulu faire pour moi, en particulier dans mes moments difficiles », a-t-il reconnu.

En parlant de moment difficile, le président de la République fait sans doute allusion à la logistique qui a été mise en place pour l’accueillir et le prendre en charge au plus fort de son accident vasculaire cérébrale afin d’y effectuer sa convalescence. Convalescence au terme de laquelle, il a ensuite regagné le Gabon qu’il avait quitté plusieurs mois pour y gouverner d’absence à nouveau.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*