Présidence : Ossouka Raponda et Ali Bongo passent en revue l’actualité nationale

Ali Bongo et Rose Christiane Ossouka Raponda lors de l’audience ©DR

Libreville, le 17 novembre 2021 (Dépêches 241). Le Premier ministre Rose Christiane Raponda à fait le point de l’actualité économique et sociale au président de la République ce 16 novembre. La crise qui secoue  l’éducation nationale et ainsi que celle des régies financières ont figuré en bonne place au cours des échanges entre les deux personnalités.  

Alors qu’il rentre à peine d’un périple diplomatique qui l’a tenu hors du pays deux semaines durant, le Président de la République Ali Bongo Ondimba vient de prendre le pouls de l’actualité nationale. A cet effet, ce 16 novembre, le chef de l’exécutif a accordé une audience au Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda, avec qui il a passé en revue l’actualité économique et sociale du pays.

Comme points abordés dans un premier temps : les tensions dans les secteurs de l’éducation nationale et des régies financières.  « Nous avons fait le point de l’actualité nationale de notre pays. Il fallait qu’il [le chef de l’Etat] soit au courant et informé de tous les aspects économiques et sociaux. Notamment les tensions qui existent au niveau de l’éducation nationale, et des régies financières », a-t-elle indiqué.  

Outre la  question des tensions sociales, le président de la République et le chef du gouvernement ont  fait le point sur les  programmes du Fonds monétaire international (FMI) qui font actuellement l’objet de contrôle dans notre pays. « Vous savez qu’en juillet dernier, nous avons reçu l’approbation du FMI dans le cadre d’un programme qui a été accepté par cette institution financière internationale. Ils sont en contrôle par rapport aux critères qui ont été arrêtés d’un commun accord entre la République gabonaise et le FMI.  Il a fallu qu’on fasse le point de cette situation au chef de l’Etat. », a-t-elle fait mention.  

En plus du premier ministre, Ali Bongo Ondimba s’est aussi entretenu avec les ministres des secteurs régaliens avec qui il a évoqué les questions sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*