Présidence : La Task Force sur la dette veut privilégier la réalisation plutôt que la coercition dixit Ekogha Ella

Les entreprises épinglés ont le choix entre la reprise des travaux ou les poursuites judiciaires selon Ekogha Ella ©DR

Libreville, le 18 novembre 2021 (Dépêches 241). C’est l’une des informations à tirer de la dernière conférence de presse du porte-parole de la présidence de la République au terme d’un point de presse qu’il a animé ce mercredi 17 novembre. Interrogé sur les nombreuses affaires sous fond de détournements, corruption et surfacturation, Jessy Ella Ekogha a rassuré de ce que la récente Task Force a déjà épinglé plusieurs entreprise qui ont été sommées d’aller au terme des projets pour lesquelles l’Etat a déboursé des sommes importantes, auxquels cas elles seront traînées en justice.   

Alors que la récente Task Force sur la dette a épinglé plusieurs entreprises ayant obtenu des marchés dans des conditions douteuses, par constitutions de dossiers factices ou en surfacturant les travaux, le porte-parole a indiqué dans un premier temps qu’un inventaire de toutes les entreprises concernées a été effectué. « L’objectif de la Task Force est de s’assurer que des deniers publics soient utilisés dans de bonnes conditions. L’audit mené par cette nouvelle Task Force avait pour ambition de voir si les entreprises qui ont bénéficié des ces marchés ont exécuté les projets dans les normes en respectant les cahier de charge », a-t-il déclaré. 

Jessy Ella Ekogha a ensuite annoncé que l’Etat a imposé aux entreprises n’ayant pas respecté certaines conditions et celles s’étant illustré de façon délictuelle d’aller au terme de leurs travaux et ou de reprendre sous peine de poursuites judiciaires. « Les entreprises qui ont acceptées la première condition ont repris certains chantiers avec des résultats probants. On a ainsi livré une aile de la maternité au CHU de Libreville. On a construit des routes, nous avons construit et réhabilité des écoles. Avec cette 2e Task Force qui a commencé sous peu, on a aujourd’hui une deuxième base navale sur Mayumba dont les travaux ont repris. Tous ces résultats ont pour but d’améliorer les conditions des Gabonais », a-t-il ajouté. 

LIRE AUSSI: Présidence: les dernières mesures restrictives visent un retour à la vie normale dès le 15 décembre selon Jessye Ella Ekogha

« Aujourd’hui nous avons une obligation de résultats qui est immédiate. La priorité reste donc l’accélération des réalisations programmées par l’Etat afin que les populations puissent les ressentir dans leur quotidien ». Ces mots de Jessy Ella Ekogha prononcés pendant sa conférence de presse traduisent à n’en point douter la position de la présidence de la République sur les projets en cours de réalisation dont la Task Force sur la dette a révélé plusieurs anomalies. 

Sur la partie sanction, a-t-il poursuivi, certaines entreprises, pour la grande majorité, ont accepté de reprendre les chantiers pour lesquels elles ont été payées, ce qui est beaucoup plus rapide que d’aller en justice. Pour les réfractaires, « les instances judiciaires ont été saisies et font leur travail. Cela dit, n’oubliez pas qu’il y a le temps de la volonté et le temps politique et le temps de l’obligation judiciaire qui ne sont pas les mêmes ». 

Pour rappel, 1100 milliards de francs CFA de dette ont été présentés à la Task Force, et ce sont une plus de  750 milliards annulés par cette Task Force soit 2 tiers de la dette. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*