Santé: Guy Patrick Obiang insatisfait de la gestion des hôpitaux du Grand Libreville

Le ministre Guy Patrick Obiang tape du poing sur la tale concernant la gestion des Hôpitaux de la Capitale ©DR

Libreville, 18 novembre 2021 (Dépêches 241). Au cours d’une réunion organisée ce lundi 15 novembre, à laquelle prenait part, le Secrétaire général du ministère de la Santé, les Présidents des Conseils d’Administration, les Directeurs généraux ainsi que l’ensemble des agents comptables et contrôleurs budgétaires des CHU du Grand Libreville, le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang s’est dit insatisfait, du mode de gestion de ces structures hospitalières. 

Les centres hospitaliers universitaires (CHU) du Grand Libreville souffrent d’une mauvaise gestion. C’est le constat accablant, réalisé par le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang qui recevait à son cabinet de travail ce lundi 15 novembre, toutes les parties prenantes engagées dans la gestion quotidienne de ces structures hospitalières. « Le Ministre a fait part à ses hôtes  de son non satisfecit  sur le fonctionnement actuel des CHU » a-t-on pu lire dans le communiqué de presse qui a résumé la teneur de la réunion. Une mauvaise gestion matérialisée notamment « par l’obsolescence du plateau technique et la mauvaise gestion des ressources humaines » souligne la suite de la note. 

Face à cette situation Guy Patrick Obiang, a invité les responsables des hôpitaux à revoir l’organisation interne de leurs structures. « Les Directeurs généraux des Centres hospitaliers universitaires doivent redoubler d’effort pour un meilleur fonctionnement de leurs structures, en mettant un accent particulier sur l’optimisation des recettes et une gestion rigoureuse des personnels » précise le communiqué de presse.

Enfin, le ministre de la Santé, a préconisé que les responsables des CHU élaborent dans les meilleurs délais, des plans d’urgence, en vue de parvenir à une optimisation de la qualité du service des hôpitaux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*