Partis politiques: HPO face aux populations d’Alenakiri à l’invitation de la fondation Nzoghe

Hervé Patrick Opiangah répondant à une question posée par le jeune Willy sur le chômage ©DR

Libreville, le 20 novembre 2021 (Dépêches 241). Ce samedi, Hervé Patrick Opiangah était face aux habitants du quartier Alenakiri dans le 1er arrondissement de la commune d’Owendo. L’homme politique a passé en revue les questions qui minent la jeunesse, avant d’y proposer des solutions pratiques. 

C’est un exercice inédit, que celui auquel s’est livré Hervé Patrick Opiangah, ce samedi 20 novembre avec les populations d’Alenakiri dans le 1er arrondissement de la commune d’Owendo. En effet, à l’invitation de la fondation Nzoghe et de l’Association Relais pour la jeunesse, le Président de l’Union pour la Démocratie et l’intégration sociale (UDIS) est allé échanger sans tabou, dans un langage de vérité avec la jeunesse et la notabilité du quartier Alenakiri au sujet de leurs préoccupations.

Heureuses de recevoir le député de Mounana, les populations d’Owendo ont exprimé leurs problèmes essentiellement liés à l’absence d’eau potable, la dégradation des voiries, le chômage et plus généralement, la misère sociale qui s’est accrue avec l’avènement de la pandémie de la Covid-19 qui a fortement fragilisée le pays. « Nous avons invité le député Hervé Patrick Opiangah pour discuter ensemble des problèmes rencontrés par les populations d’Owendo car de toutes nos sollicitations et invitations, c’est le seul qui nous a répondu de façon favorable », a déclaré Patrick Nzoghe, l’un des initiateurs de cette rencontre. 

La Jeunesse présente aujourd’hui avait à coeur d’exposer au député HPO les difficultés auxquels ils sont confrontés ©DR

En réponse, Hervé Patrick Opiangah qui demeure sensible aux attentes des populations du Gabon bien qu’étant un élu du Mounana, s’est livré à cet exercice avec les populations qui consistait à répondre aux questions posées par les jeunes et par les notables. C’est en cette occurrence qu’il a pour poser les jalons de cette rencontre initié la démarche suivante en posant la question suivante. « Avant de commencer j’aimerai vous poser une question. Souhaitez-vous échanger avec une personne qui vous dit la vérité ou une personne qui vous raconte des mensonges ? Etes-vous  tous prêts tous ici à accepter la vérité ? », a-t-il demandé. 

La démarche de Hervé Patrick Opiangah s’inscrit également dans la volonté de renouer le dialogue avec la jeunesse .« Aujourd’hui nous étions là pour apprendre à nous connaître car, il y a une véritable fracture entre les hommes politiques et la base »,a-t-il indiqué. D’où l’impérieuse nécessité de renouveler ces rencontres avec les populations dans ces quartiers où le mécontentement est manifeste et au sein desquels, la colère couve lentement. 

A la mesure de ses moyens, HPO a promis répondre présent dans les domaines qui lui semble possible en tant qu’homme politique, car comme il l’a indiqué « Je m’inscrirais en faux et je vous bercerais d’espoir que de vous dire que j’ai la possibilité de tout faire », a-t-il avancé.   

HPO saluant les notables qui ont également répondu présent pour cet échange franc et chaleureux ©DR

La vérité et le pragmatisme, c’est donc  en prenant appuie sur ces deux valeurs qui sous-tendent sa vision politique et son idéologique que le député du 3e siège de la Lebombi Leyou à Mounana a répondu aux diverses questions sur l’eau, l’électricité, l’éducation, le chômage mais également l’épineuse question de la covid-19 à travers les nouvelles tarifications des tests PCR et la controverse liées au vaccin contre la covid-19. 

Des questions au terme desquelles il a apporté des réponses claires, concises et pragmatiques. Des réponse qui, si elles ne trouvaient pas forcément l’assentiment des populations, étaient sans doute aucun, frappés du sceau de la vérité et de la franchise. Une approche qu’il préalablement soumis à aux populations dès l’entame de leurs échanges. 

One Commentaire

  1. Gildas Franck NKA SIMO

    Des hommes politiques de la carrure d’HPO se font de plus en plus rare dans ce beau pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*