CLR : Jean Boniface Assélé dit ”niet” à la fusion-absorption avec le PDG

Jean Boniface Assélé souhaite préserver l’indépendance de son parti politique ©DR

Libreville, le 23 novembre 2021 (Dépêches 241). Le Chef de file du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Jean Boniface Assélé refuse que son écurie se  fasse absorber par le Parti démocratique gabonais (PDG). Celui qui se présente comme l’un des derniers remparts d’Omar Bongo, menace de quitter la majorité présidentielle s’il n’est pas organisé dans les mois à venir, une rencontre entre les partis de ce regroupement politique pour débattre des closes de leur collaboration.

Il se présente comme l’un des derniers remparts d’Omar Bongo. Pourtant, à 82 ans, Jean Boniface Assélé, président fondateur du Centre des libéraux  réformateurs (CLR), tient à garder une once d’indépendance, eu égard aux appels  du pied des nouveaux régents du palais du bord de mer. Lors d’une déclaration de presse le week-end écoulé, l’ancien Général de Police à dit non à la fusion-absorption de son parti avec le PDG, menaçant dans le même temps de quitter la majorité présidentielle. 

« Je dis que nous ne partirons pas là-bas (au PDG, ndlr). Nous resterons là. Si ça ne marche pas nous irons (à la présidentielle ndlr) avec nos moyens » a déclaré Jean Boniface Assélé. Pour lui, le CLR est considéré comme une usine qui fabrique des talents que le PDG s’emploie à débaucher sans scrupule. «  C’est parce qu’on ne nous respecte pas, et qu’il fallait nous détruire en débauchant de notre parti les meilleurs, les jeunes (…) Je n’accepte plus cela » a-t-il pesté sans sourciller. 

Tout en restant attaché à la majorité républicaine et sociale pour l’émergence, le président du CLR tient toutefois à ce que soit convoquée une rencontre de tous partis de la majorité  afin  de débattre sur la charte qui régit ce groupement politique. « Nous avons mis en place un organe, celui de la majorité, dans laquelle il y a toutes les dispositions. Mais ce que nous avons remarqué, c’est qu’on nous débauche quelques fois nos meilleurs éléments, sachant que nous appartenons tous à la majorité », a-t-il regretté. 

Rappelons que le Chef de file du CLR à toujours laissé planer le doute sur sa fidélité à la majorité présidentielle sans jamais franchir le rubicon. Considéré comme un pionnier de la majorité présidentielle, Jean Boniface Assélé dit être combattu de l’intérieur mais tient toutefois à accompagner le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, lors des futures échéances électorales en 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*