ENS: abusivement exclus, ils organisent une grève de la faim pour interpeller les autorités

trois des quatres élèves professeurs exclus arbitrairement ©DR

Libreville, le 23 novembre 2021 (Dépêches 241). Abusivement exclus de l’École Normale Supérieure (ENS) à la suite d’un mouvement de grève, Fabien Bibang Bi Nguema, Amédée Ulrich Mombo Nzatsi, Alain Ndong Mba et Edgard Nze Mbang Aboghe, tous élèves professeurs, ont décidé d’organiser une grève de la faim devant cette école, jusqu’à ce que se tienne un Conseil d’établissement, dont la vocation est de réexaminer la sanction qui avait été prise en première instance, par le conseil de discipline.

La journée du 19 janvier 2021 restera à jamais gravée dans les mémoires de Fabien Bibang Bi Nguema, Amédée Ulrich Mombo Nzatsi, Alain Ndong Mba et Edgard Nze Mbang Aboghe. Ce jour-là, au terme d’un conseil de discipline, ces quatre élèves professeurs au sein de l’École normale supérieure (ENS), avaient été exclus, accusés à tort selon eux, d’être à l’origine de la grève qui avait paralysé l’établissement quelques jours plus tôt. « Nous avons été exclus alors que nous ne faisons même pas partie des leaders de ce mouvement » martèle Edgard Nze Mbang Aboghe, élève professeur au département de Philosophie. 

C’est donc fort logiquement que conformément aux dispositions légales en vigueur au sein de l’établissement, les quatres élèves professeurs qui se disent victimes d’une injustice, vont introduire un recours visant à exiger la convocation d’un conseil d’établissement, dont la vocation est de réexaminer la décision prise en conseil de discipline. Mais, près de 8 mois après, et ce malgré les multiples relances des jeunes gabonais, le recours restera lettre morte.

 « Nous avons réclamé la tenue d’un conseil d’établissement comme l’exige la loi mais, celui-ci n’a jamais été organisé » poursuit l’étudiant car, l’administration n’a selon lui aucune preuve contre eux. « L’administration refuse d’organiser le conseil d’établissement tout simplement parce qu’elle ne détient aucune preuve contre nous. D’ailleurs, lors du Conseil de discipline elle a été incapable de démontrer notre culpabilité » s’indigne t-il. 

Aujourd’hui précarisés, clocharidés, incapables de subvenir à leurs besoins essentiels car privés de bourses, les quatre élèves professeurs ont décidé d’organiser une grève de la faim, devant les locaux de leur établissement jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. En l’occurrence, l’organisation d’un conseil d’établissement afin de statuer sur leur sort.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*