Covid-19: le Gabon interdit les vols et les passagers en provenance d’Afrique du Sud face à la menace du variant Omicron

le gouvernement veut préserver la tendance baissière de la maladie ©DR

Libreville, le 29 novembre 2021 (Dépêches 241). C’est l’information à retenir d’un communiqué, lu par le ministre des Transports, Brice Constant Paillat cet après-midi sur les antennes de Gabon télévision. Le gouvernement a pris la décision d’interdire les vols en provenance d’Afrique du sud de même, les passagers en provenance de plusieurs pays touchés par le variant Omicron, sont également interdits d’entrer sur le territoire gabonais.

Face à la menace du variant Omicron, la dernière mutation du coronavirus, le gouvernement vient de prendre des mesures fortes. En effet, sur les antennes de Gabon télévision ce lundi après-midi, le ministre des Transports, Brice Constant Paillat a annoncé que tous les avions et les passagers en provenance d’Afrique du sud ont interdiction d’entrer sur le territoire gabonais. « En raison de la récente découverte en Afrique du sud d’un nouveau variant du coronavirus baptisé Omicron, les passagers et les vols en provenance d’Afrique du Sud ont à compter de ce jour interdiction d’entrer sur le territoire gabonais et ce, jusqu’à nouvel ordre », a déclaré le ministre. 

Par ailleurs, Brice Constant Paillat a souligné que toutes les compagnies aériennes, transportant des voyageurs en provenance de pays touchés par le variant Omicron, étaient également interdites d’entrer sur le territoire national. « Cette interdiction s’adresse également aux compagnies aériennes transportant des voyageurs en provenance des pays suivants et dont la destination finale est le Gabon ce sont notamment, le Botswana, le Zimbabwé, la Namibi, le Lesotho, l’Esouathini, le Mozambique et l’Angola »  a-t-il poursuivi.

Ces mesures visent selon le gouvernement,  à préserver la tendance baissière de la Covid-19 au Gabon, et à ne pas faciliter l’entrée sur le territoire d’un autre variant qui rendrait plus complexe la gestion de la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*