Menaces de radiation : la coalition Sena-Conasysed annonce la poursuite de la grève

les enseignants refusent de céder à la pression du gouvernement ©DR

Libreville, le 9 décembre 2021 (Dépêches 241). Ils ont décidé de durcir leur mouvement de grève nonobstant les intimidations de la tutelle. La coalition Sena-Conasysed, regroupant les deux principaux syndicats du secteur de l’éducation nationale,  a décidé de poursuivre son mouvement de grève jusqu’à  satisfaction totale de leurs revendications. 

La grève continue ! a martelé Fridolin Mve Messa, représentant la coalition Sena-Conasysed, lors de sa déclaration  du 07 décembre dernier. Celle-ci intervenait  en réponse aux intimidations du ministre de l’éducation nationale, Patrick Mouguiama-Daouda, lequel avait dépêché la veille, un de ses conseillers sur le plateau de la télévision nationale, Gabon Première, pour dénoncer la grève des enseignants, qui  prendrait selon lui, une orientation politique évidente.  

Pour la coalition Sena-Conasysed, Patrick Mouguiama-Daouda est à la recherche d’une bouée de sauvetage face à son incapacité à trouver des solutions aux revendications des enseignants.  « Cette allégation sans fondement est un aveu d’incapacité du Gouvernement à trouver des solutions aux revendications légitimes posées par notre regroupement », affirme Fridolin Mve Messa. 

La coalition regrette que malgré les démarches entreprises visant l’ouverture des négociations, le Gouvernement s’enferme dans un silence  méprisant. Raison pour laquelle, les syndicalistes exigent « la restitution des bons de caisse des enseignants retenus illégalement ». Non sans rappeler au ministre de  l’Education nationale que « le projet de radier les enseignants relève de la démagogie, car il risque de heurter lourdement les dispositions légales qui encadrent la gestion de l’agent public. »,  d’autant que la grève n’est ni une faute professionnelle, ni un délit, encore moins un crime. 

Pour marquer le durcissement de leur mouvement de grève, Fridolin Mve Messa invite les enseignants à prendre part à « une grande assemblée générale de riposte », qui se tiendra le samedi 11 décembre 2021 à leur bastion de contestation, sis à l’école Martine Oulabou.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*