Fonction publique: un réseau de trafiquants de postes budgétaires derrière les barreaux

Images illustrative ©DR

Libreville le 13 Décembre 2021 (Dépêches 241). C’est l’une des révélations faites par le quotidien L’Union de ce jour. Un vaste gang composé de fonctionnaires et hauts cadres de l’administration qui avaient mis en place un trafic de postes budgétaires au mépris des lois de la République ont été mis aux arrêts. Ils auraient perçu indûment des centaines de millions pour faire intégrer de façon illégale et délictueuse plusieurs compatriotes à la fonction publique. 

C’est au terme d’une enquête rondement menée conjointement par l’Autorité nationale de vérification et d’audit (Anavea) et par la  Coordinations générales des Affaires présidentielles (CGAP) que ce réseaux composé de plusieurs mafieux insérés au sein de la fonction publique ont des années durant, intégré de façon frauduleuse des gabonais au sein de l’administration publique alors que l’Etat avait gelé les recrutements depuis  

2018.  

Pour mettre en place cette roue illégale de recrutement mettant en cause plusieurs hauts cadres de l’administration gabonaise, la tête pensante, un certain Yannick Koubah, avait mis en place une méthode qui consistait à être aux faits des décès et de retraités au sein de la fonction publique. « Le  cerveau de ces opérations pourrait être Yannick Koubah, agent au service « Fin d’activités » à la Solde (ministère des Finances) qui, avec ses complices, aurait monté une filière illicite de recrutement au ministère de la Fonction publique », précise le quotidien national. 

Ce dernier avait à sa solde un gang composé de plusieurs administrations y compris leurs cadres. L’Union fait ainsi état de « Serge Alain Bruce Mikala, la directrice centrale des Ressources humaines (DCRH) des Hydrocarbures, Raïssa Kongo, le DCRH du ministère des Transports, Christian Nteme Myene, et son adjointe, Catherine Mombo, animeraient ce réseau en procédant à des recrutements numériques des personnes. Toutes ces personnes (en dehors de Serge Alain Bruce Mikala qui a pris la fuite) ont été inculpées de faux et usage de faux, escroquerie, concussion, corruption et association de malfaiteurs », précise le journal.  

Il est important de préciser que toutes ces intégrations frauduleuses n’auraient pu être possible sans le concours de certains agents véreux de la direction du recrutement, de la fonction publique pour ce qui est de l’attribution des matricules, de la direction de préparation et de la programmation budgétaire afin de réserver des postes budgétaires, sans oublier la direction générale du budget et le service de la solde. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*