Pédophilie dans le Football: Pour Ali Bongo la justice doit être « intraitable » sur l’affaire Capello

Ali Bongo Ondimba veut des sanctions fermes dans l’affaire d’abus sexuel des jeunes footballeurs gabonais ©DR

Libreville, le 17 décembre 2021 (Dépêches 241). Dans une publication sur sa page Facebook officielle ce vendredi en début de soirée, Ali Bongo Ondimba  a livré son sentiment au sujet de l’affaire Patrick Eyi dit Capello. Le Chef de l’État gabonais s’est insurgé fermement contre la pratique de la pédophilie dans le milieu du sport. 

L’affaire Patrick Eyi dit Capello, du nom de l’encadreur de football accusé d’avoir abusé sexuellement de plusieurs centaines de jeunes footballeurs gabonais, vient de susciter la réaction du Président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. 

LIRE AUSSI: Pédophilie dans le Football: Franck Nguema suspend Capello de ses fonctions au sein de la Fédération

Dans une publication sur sa page Facebook, le numéro un gabonais s’est insurgé contre les pratiques pédophiles, qui malheureusement gangrènent le milieu du football gabonais, quand bien même dans les faits, elles ne doivent pas faire partie de l’environnement sportif du pays. « La pédophilie est  l’un des crimes les plus graves qui puissent être commis. Elle n’a pas sa place au Gabon » a déclaré le Chef de l’État. 

LIRE AUSSI: Pédophilie dans le Football: Patrick Assoumou Eyi dit « Capello » accusé d’avoir violé plusieurs jeunes footballeurs gabonais

Le président de la République a par ailleurs exprimé sa volonté de voir la justice sanctionner sévèrement les auteurs de ces actes abjectes. « Quand les faits sont avérés, les abus envers les enfants doivent être sanctionnés par la Justice avec une extrême rigueur. Face à l’intolérable, il faut être intraitable ! »  a poursuivi Ali Bongo Ondimba.

LIRE AUSSI: ​​​​Pédophilie dans le Football: L’enquête de Romain Molina qui pourrait éclabousser les dirigeants gabonais

Devant l’extrême gravité des accusations portées à l’encontre de Patrick Assoumou Eyi dit « Capello » et l’ampleur internationale que prend le scandale. Devant le tollé que suscitent ces accusations ignominieuses, en ce qu’elles ternissent l’image du Gabon, le Chef de l’État a décidé de monter au créneau et prôner sur ce dossier la tolérance Zéro. Gageons que ce message a été bien saisi par les autorités judiciaires gabonaises, qui ne doivent pas oublier les éventuelles complices de ce crime odieux et sans nom.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*