Akébé: poignardé à mort pour avoir poursuivi les voleurs du sac de sa copine le 31 décembre

Le jeune Evans Lissebi Mabela de son vivant ©DR

Libreville, le 3 janvier 2021 (Dépêches 241). Evans Lissebi Mabela, jeune gabonais âgé de 18 ans, élève en classe de terminale, est passé de vie à trépas dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier dernier, après avoir été poignardé par un jeune qui tentait de prendre la fuite avec le sac de sa petite amie qu’il avait volé quelques minutes plus tôt. 

Une fin d’année bien triste pour la famille du jeune Evans Lissebi Mabela, qui s’était rendu avec sa petite amie au Moulin rouge, boite de nuit située au quartier Akébé ville afin de profiter de l’ambiance du réveillon du nouvel an. Malheureusement, celui-ci sera son dernier. 

Le jeune homme en sortant de la boîte de nuit a été victime d’une attaque au couteau, pour avoir voulu rattraper des braqueurs qui s’en sont brutalement pris à sa petite amie, en lui arrachant son sac à main. Alerté par les cris de cette dernière, le garçon va ainsi tenter de rattraper les voleurs qui venait de subtiliser le sac de sa compagne. « L’un des braqueurs va s’arrêter à hauteur du jeune Evans et va lui enfoncer un poignard au thorax. Le jeune Evans va subitement s’écrouler, tout en saignant abondamment », a-t-on pu lire. 

Conduit tardivement au CHU de Libreville vers 4h15 minutes, par quelques personnes de bonne volonté. l’équipe médicale constate que le jeune homme a une plaie pénétrante du thorax, par arme blanche. Ce qui va précipiter le décès du malheureux Evans Lissebi Mabela pour lequel la Direction de l’hôpital va rapidement annoncer le décès par le biais d’un communiqué. 

« Le décès a été immédiatement constaté dès son admission à l’hôpital, suite à l’absence de mouvements respiratoires et des tentatives de massage cardiaque infructueuses », indique le communiqué. Une nouvelle qui sera ensuite notifiée à la mère du défunt par le médecin résident, à 4 heures 45 minutes.

Vivement que la police judiciaire prenne le dossier de cette affaire à bras le corps et mettent la main sur ces assassins afin qu’ils paient pour leur crime. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*