Gabon : l’État prolonge de 20 ans son partenariat avec la SEEG

la SEEG prolonge son bail avec l’État Gabonais ©DR

Libreville, le 07 janvier 2022 (Dépêches 241). L’État vient de prolonger de 20 ans, son contrat de partenariat avec la Société d’eau et d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Cette nouvelle convention de concession intervient au moment où l’entreprise exécute un vaste plan d’investissement pour améliorer la qualité de ses services. 

L’État gabonais représenté par le ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Alain Claude Bilie-By Nze, a signé le 05 janvier 2022, une nouvelle convention de concession avec la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) pour une durée de 20 ans. 

Ainsi, ce nouveau partenariat permettra à cette entreprise de pouvoir se financiariser, en vue d’investir plus sereinement dans la durée et espérer un retour sur investissement. « La concession va changer trois choses. La première, c’est d’accorder à la SEEG une meilleure sécurité juridique pour pouvoir se financer sur le marché financier aussi bien national qu’international. La seconde, c’est que la perspective pour le SEEG est de 20 ans, il y a de quoi investir et de quoi amortir son investissement. On est plus sur une gestion précaire. Et la troisième chose est que l’État va veiller avec la SEEG à améliorer la qualité du service » a déclaré Alain Claude Billie By Nze.  

Cela dit, depuis la rupture de contrat avec l’ancien opérateur français Veolia,  le SEEG exerce quelque peu dans l’informel, révèle le membre du Gouvernement. « Nous venon donc après plusieurs mois de négociation de parvenir à signer ce contrat de concession, qui accorde aujourd’hui à la SEEG de manièr formelle la gestion de l’eau potable et de l’énergie électrique » a-t-il confié. 

Le SEEG tient à améliorer la qualité de service fourni à sa clientèle. A cet effet, un plan d’urgence a été mis en place pour la période 2020-2022. Au cours de cette période, l’entreprise entend investir de façon considérable sur le plan structurel afin d’améliorer la qualité de ses services. « L’État des lieux que nous avons fait sur l’ensemble des ouvrages nous a permis d’établir un business plan 2020-2025. Pendant les 5 ans, on va pouvoir rattraper le retard accusé. Nous avons la capacité maintenant d’aller sur les marchés financiers pour nous accompagner dans la remise en état des ouvrages » a expliqué Alain Patrick Kouma, directeur général de la SEEG. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*