Can 2021: l’hideuse maxime populaire « Impossible n’est pas camerounais » dans toute sa splendeur

L’image qui a écoeuré toute l’Afrique ©DR

Yaoundé le 25 janvier 2022 – ( Dépêches 241 ). Trafic des tests covid-19, grossière erreur d’arbitrage, pelouse arrosée d’un seul côté, morts, la Coupe d’Afrique au Cameroun est à n’en point douter, la plus honteuse que le continent ait connu. Une honte que le pays des Lions indomptables et Samuel Eto’o son icône, ont assumé sans pudeur hier, lors de la victoire face à une équipe des Comores déstabilisée.  

Les dirigeants camerounais de football doivent avoir honte. Car la tricherie ouvertement manifestée ce soir contre l’équipe des Comores ne les déshonore pas seulement, elle humilie toute l’Afrique du football. Et que les consultants de Canal+ aux commentaires du match s’emploient à minimiser ce scandale en parlant que de “faits contraires” est encore plus regrettable. 

Qui donc d’entre nous est vraiment dupe pour ne pas chercher à comprendre ? Toutes ces mesquineries ne sont-elles pas bien visibles ? Un arbitre tout juste compétent à tenir un match de division d’honneur, qu’assiste des personnes comme déjà acquises à la cause du pays organisateur. La COVID-19 qui affecte bien toutes les autres équipes, à l’exception des Lions indomptables, et cela, depuis le début de la Can. De quels soins bénéficient-ils au détriment des autres pour ne pas être testés positifs ? Trop de suspicions pour ne pas préjuger d’une mascarade de la part des organisateurs…

Alors qu’on croyait toutes ces mesquineries appartenir à une autre époque, voilà que les camerounais nous offrent l’opportunité de les regarder d’un œil pitoyable. Point de procès mal intentionné. Mais tant de “faits contraires” donnent à penser qu’ils auraient dû et pu faire mieux pour nous honorer : eux-mêmes et nous, l’Afrique du football toute entière en respectant l’esprit de ce jeu formidable dont la loyauté, le respect et la fraternité sont les vertus essentielles. Mais hélas, “impossible n’est pas camerounais !”, dirait-on même lorsqu’en face il n’y a que les Comores avec la moitié de leur équipe absente pour cause de COVID.

Dès lors ne soyons plus choqués ou indignés que les autres continents n’aient que dégoût et condescendance envers notre football.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*