Burkina Faso: Ali Bongo s’aligne dernière l’UA pour condamner le coup d’État contre  Roch Kaboré

Ali Bongo s’insurge contre le coup d’Etat perpétré au Burkina-Faso ©DR

Libreville, le 28 janvier 2022 (Dépêches 2022). Suivant  la voix de l’Union Africaine, le chef de l’État gabonais Ali Bongo Ondimba condamne le coup d’État contre le président du Burkina Faso Roch Kaboré chassé du pouvoir par des soldats mutinés le 24 janvier.

L’Union africaine « condamne  fermement la  tentative  de  coup  d’État » contre le président du Burkina Faso Roch M. C. Kabore, chassé du pouvoir le 24 janvier par des soldats mutinés. Membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, le Gabon soutient cette  position de l’UA. « Le Gabon soutient la déclaration de l’Union Africaine et de la CEDEAO condamne la tentative de coup d’État contre le président démocratiquement élu du Burkina Faso Roch Kaboré », a indiqué le numéro un gabonais Ali Bongo Ondimba.

En effet, les États d’Afrique de l’Ouest réunis au sein de la CEDEAO  ont indiqué lundi suivre « avec une grande préoccupation » l’évolution de la situation au Burkina Faso, où le président est détenu par des forces armées, et demande à ces derniers de privilégier le dialogue avec les autorités. Une position soutenue par  Ali Bongo Ondimba estimant « qu’ il ne peut y avoir de solution viable en dehors du cadre constitutionnel et du dialogue », a-t-il fait savoir.

Alors que le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR),  qui regroupe toutes les composantes des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso, a annoncé la fin du pouvoir de M. Marc Roch Christian Kaboré le 24 janvier 2022, la télévision publique nationale a publié une lettre manuscrite  signée de la main du chef de l’Etat, dans laquelle il dit « déposer sa démission », « dans l’intérêt supérieur de la nation, suite aux événements qui s’y déroulent » depuis dimanche. 

Roch Kabore a pris la pouvoir en 2015, réélu cinq après sur la promesse de faire de la lutte anti-djihadiste sa priorité. Mais depuis plusieurs mois, le pays est en proie à une insécurité galopante. Toute chose qui a précipité sa chute,  faisant grimper à trois le nombre de coup d’État dans la zone CEDEAO en  moins de deux ans. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*