Affaire Pierre Alain Mounguengui: Une simple formalité selon Pablo Moussodji Ngoma

Pablo Moussidji Ngoma estime que la CNLCEI n’est pas compétente pour auditer des fonds de la Fegafoot ©DR

Libreville, le 3 février 2022 (Dépêches 241). La convocation par la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) du président de la Fédération Gabonaise de Football Pierre Alain Mounguengui est l’actualité phare de ces dernières 24 heures. Une convocation pour laquelle, Pablo Moussodji Ngoma, journaliste et chroniqueur sportif s’est fendu d’une tribune, dans laquelle, avec une certaine pertinence, il explique le caractère éthéré et aérien de ladit procédure en ce qu’elle court le risque de se déclarer incompétente car l’Etat gabonais n’a ni la latitude, ni la légitimité de  demander qu’on lui rendre des compte sur l’utilisation des fonds qu’elle ne donne pas.  

La convocation du Président de la Fédération gabonaise de football (FEGAFOOT), Pierre Alain Mounguengui par la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) qui semble défrayer la chronique doit être à notre avis qualifiée d’opération classique.

Même si on peut à juste titre se demander si le président Mounguengui est convoqué en tant que citoyen gabonais donc soumis à la déclaration des revenus ou en tant que Président d’une institution dont la vie dépend de la FIFA.

En tant que Pierre Alain Mounguengui, il a pris sa retraite depuis quelques années et ne peut s’empêcher d’exercer ses activités associatives comme la gestion de la FEGAFOOT et sur le plan international, membre du Comité Exécutif de la CAF. En tant que Président de la FEGAFOOT, il a le devoir de justifier les fonds du contribuable au cas où celui-ci mettrait à disposition des budgets pour le fonctionnement ou la gestion des équipes nationales. Ce qui n’est pas le cas, les équipes nationales étant financièrement gérées par le Ministère des sports en tant qu’ordonnateur à travers l’Office national pour le développement du sport et de la culture (ONDSC).

LIRE AUSSI: Gabon: Pierre Alain Mounguengui convoqué par la commission de lutte contre l’enrichissement illicite

S’il est donc convoqué pour une déclaration des revenus, c’est un exercice classique qui ne devrait pas susciter autant de commentaires. S’il est par contre convoqué pour justifier les subventions de la FIFA ou de la CAF, la commission doit se déclarer incompétente. Car, on ne peut pas contrôler ce qu’on n’a pas donné. La FIFA elle-même dispose des moyens de contrôle.

Les associations nationales sont soumises aux audits pour justifier la manne versée pour le fonctionnement (salaires) ou les différents projets de développement. Faut-il rappeler que les salaires et autres charges de la FEGAFOOT sont supportés par la FIFA ? C’est à ce titre que la FIFA protège ses membres en leur assurant une certaine indépendance pour souvent évoquer la question de l’ingérence. Le Président Mounguengui n’aura aucune peine à soumettre aux membres de la commission tous les rapports financiers validés par la FIFA pour clore un débat qui ne mérite pas d’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*