Primaire de l’Union Nationale: Vers un nouveau face à face Gondjout-Missambo ?

Paul Marie Goundjout et Paulette Missambo devraient une nouvelle confronter leurs idées pour le Gabon à l’occasion des primaires  ©DR

Libreville, le 04 février 2022 (Dépêches 241). S’achemine-t-on vers un nouveau face à face  Gondjout-Missambo lors de la future primaire de cette formation politique de l’opposition ? C’est la question qui alimente les débats dans les milieux hostiles de la République, d’autant que les deux challengers ont en ligne de mire la présidentielle 2023. 

Ils se regardent désormais en chiens de faïence. Paul-Marie Gondjout, qui a en dépit de sa défaite lors du dernier congrès de l’UN avait continuer pour le bien de sa famille politique à maintenir un semblant d’union est finalement sorti de sa réserve par le biais d’une lettre qu’il a adressé à sa présidente de Paulette Missambo. Une missive dans laquelle entre violation des textes, prise de décisions unilatérale et velléités de clientélisme, il dénonce les manœuvres peu orthodoxes de l’actuelle direction du parti chèr à Zacharie Myboto. 

Celui qui a promis d’occuper le terrain politique durant cette année pré-électorale en  remettant en cause la gestion  de la  présidente nouvellement élue à la tête de l’UN, Paulette Missambo a clairement fait savoir son positionnement. Sa volonté de conquérir le fauteuil présidentiel lors de la joute électorale de 2023 se fait de plus en plus vive. Une volonté qui devrait, qui pourrait, une seconde fois, le faire croiser le chemin de Paulette Missambo.  

Car la voie n’est pas tout à fait dégagée pour l’actuelle chef de file de cette écurie, d’autant plus que  le parti doit désigner comme en 2016, son candidat à l’issue d’un congrès extraordinaire, que l’on imagine déjà haletant. Paul-Marie Gondjout, ancien Secrétaire exécutif adjoint chargé des élections, se sent tout à fait légitime pour porter le projet de l’Union nationale lors de la future élection présidentielle. Il se susurre d’ailleurs que l’homme fourbi ses armes pour la primaire du parti, avec en ligne de mire la présidentielle de 2023.  

Reste que les ambitions du gendre de Zacharie Myboto gênent visiblement aux entournures au sein cette formation politique de l’opposition, au point que certains observateurs prédisent déjà une implosion de cette écurie, à quelques mois des joutes électorales. Paul-Marie Gondjout va t-il comme à l’issue du congrès de l’UN faire le choix de sauvegarder l’unité du parti au détriment de sa propre ambition ? Rien n’est moins sûr car pour l’homme, il ne devrait pas être le seul à œuvrer pour cette union qui devient au fil des mois, au gré des appétits, des convoitises, et des ambitions, de plus en plus impossible. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*