Malversations financières: le Directeur général du développement rural suspendu de ses fonctions

une nouvelle fois les victimes de l’incurie de certains haut-responsables administratifs sont les populations ©DR

Libreville, le 9 février 2022 (Dépêches 241). C’est un projet qui se chiffre en milliards de fcfa. Effet l’ancien Directeur général du Développement rural, Crépin Ngoua Biké, aurait été démis de ses fonctions pour soupçon de malversation financière dans la gestion du Projet de développement agricole et rural (PDAR), dont il était le principal ordinateur de crédit.

Il était le principal ordonnateur de crédit du Projet de développement agricole et rural (PDAR), avant d’être démis de ses fonctions par le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, pour soupçon de malversation, rapporte plusieurs sources. L’ancien Directeur Général du Développement Rural, Crépin Ngoua Biké, va donc devoir s’expliquer sur la gestion des PDAR 1 et 2.

« Contrairement à ce qui est raconté ici et là, ce cadre de l’administration n’a pas été suspendu parce qu’il aurait pris l’initiative personnelle d’engager  les travaux d’aménagement des routes agricoles dans la zone de Lébamba. Non c’est parce qu’il est impliqué dans une affaire  de malversation financière dans le PDAR1 », indique une source citée par Gabon Actu. 

En effet, le Projet de développement agricole et rural est destiné à réduire la pauvreté en milieu rural par la diversification et l’augmentation des revenus des populations et l’amélioration de leurs conditions de vie. Trois provinces sont concernées par ledit projet : le Woleu-Ntem, la Ngounié, et l’Ogooué-Ivindo. Selon un rapport du Fonds international de développement agricole (FIDA), le coût financier de la phase 2 du PDAR est de 13,73 milliards de Fcfa.

S’il est vrai que la phase 1 du  PDAR a eu un impact indéniable en matière d’augmentation des superficies, du rendement et des revenus des bénéficiaires, l’on note toutefois des résultats encore timides en matière de structuration des organisations paysannes et d’appui à la commercialisation. Selon un récent rapport de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il reste des améliorations à apporter en matière de désenclavement des bassins de production, de l’organisation de la commercialisation et de l’accès aux services financiers. Autant de manquements qui ont sans doute suscité des suspicions dans la gestion de ce projet par l’ancien Directeur Général du Développement Rural, Crépin Ngoua Biké.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*