Fonction publique: la 25è promotion de l’ENS, ENSET et l’INJS en sit-in pour réclamer les matricules

ils réclament leurs matricules ©DR

Libreville, le 24 février 2022 (Dépêches 241). Ils se disent méprisés par le Gouvernement Ossouka Raponda. En effet, affectés depuis 2020, plusieurs enseignants de la 25ème promotion l’ENS, l’ENSET, et l’INJS sont toujours en attente de numéros matricules. Conséquence, ils ne perçoivent toujours pas leur salaire, raison de leur sit-in le 23 février dernier, à l’esplanade du ministère de la Fonction Publique pour exprimer leur  ras-le-bol. 

Environ 400 nouveaux enseignants issus de la 25ème promotion de l’ENS, l’ENSET, et l’INJS sont toujours en attente des numéros matricules pour être pris en compte par la  Fonction Publique. Pour exprimer leur ras-le-bol, ces derniers ont organisé un sit-in le 23 février à l’esplanade du ministère de la Fonction Publique, afin d’interpeller le ministre de tutelle, Madeleine Edmée Berre.

En effet, cette nouvelle cuvée d’enseignants sortie en 2020, semble avoir été  laissée-pour-compte par le ministère de la Fonction Publique.  Sur 421 dossiers, moins  d’une centaine  a déjà été traitée par l’équipe de Madeleine Edmée Berre. Cette lenteur administrative avait d’ailleurs poussé ses enseignants à observer un sit-in en juillet 2021 devant l’immeuble du 2 décembre, abritant les bureaux du Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, estimant que le Gouvernement n’exprime à leur égard que haine et mépris.

Cette clochardisation des enseignants n’est pas sans conséquence. Pour preuve, une enseignante de philosophie, Danielle Angue, sortie de l’Ecole normale supérieure et affectée en 2020 à Mimongo, dans la province de la Ngounié, a perdu la vie faute d’argent pour se soigner. Elle totalisait 14 mois sans salaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*