Sécurité pénitentiaire: le Commandant en chef refuse d’honorer une dette de 13 millions jugée fictive

Jean Germain Effayong soupçonne des malversations financières derrière l’achat du matériel informatique incriminé ©DR

Libreville, le 2 mars (Dépêches 241). Le Général Jean Germain Effayong Onong, Commandant en chef de la  Sécurité pénitentiaire,  refuse de régler une dette de 13 millions Fcfa qui aurait servi à l’acquisition du matériel informatique destiné à l’administration pénitentiaire. Ce dernier soupçonne un acte de corruption aux dépens de l’Etat. L’affaire est actuellement entre les mains de la justice. 

C’est une ardoise de 13 millions Fcfa pour l’achat supposé de matériel informatique que le Commandant en chef de la Sécurité pénitentiaire, le Général Jean Germain Effayong  Onong  refuse de régler. En effet, l’administration pénitentiaire aurait reçu du matériel informatique de la société  Gabon IT Consulting dirigé par Patrick Tsapi, suite à une commande passée avec le Commandant Pierre-Francis Nang Ndong, ancien directeur des moyens et de la logistique (DML), rapporte Gabon Média Time

Pour le Général Effayong  Onong, cette transaction passée entre l’ancien DML et le directeur général de Gabon IT Consulting contient plusieurs incohérences, laissant penser à un acte de corruption aux dépens de l’État.

Il précise en effet que seul le chef de corps est habilité à engager des dépenses au sein de l’administration en vue de combler un besoin de service. Cette disposition s’applique  avec plus de rigueur  lorsque les montants des dépenses dépassent les 6 millions fcfa. De plus, il n’ y a au sein de l’administration pénitentiaire, aucune trace dudit matériel informatique. 

Raison pour laquelle, dans un courrier daté du 31 janvier, adressé à Patrick Tsapi, directeur général de Gabon IT Consulting, le numéro un de l’administration pénitentiaire a renvoyé le requérant vers le Commandant Pierre-Francis Nang Ndong, du reste, amis de longue date, avec qui il a passé ledit marché. « Ne pouvant donner de suite favorable à votre requête, je vous retourne tous les documents qui ont été adressés aux plus hautes autorités de l’Etat, en vous demandant de prendre définitivement attache avec le Commandant Pierre-Francis Nang Ndong aux fins de vous apporter des éclaircissements en sa qualité de focal avec la Taskforce », a-t-écrit. 

Cette affaire a d’ailleurs pris des proportions très importantes puisque des hautes personnalités de l’Etat seraient également impliquées. Le Général Effayong  Onong, tenant à montrer pattes blanches, a porté l’affaire devant les juridictions compétentes, en déposant plainte contre  le Commandant Pierre-Francis Nang Ndong pour « abus de confiance » et « usurpation de titre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*