Gabon: en le nommant vice-premier ministre, Ali Bongo veut-il tuer l’ambition présidentielle de Bilié-By-Nze?

les ambitions de Bilié-By-Nze sont connus de tous ©DR

Libreville, le 19 octobre 2022 – (Dépêches 241). Nommé vice-premier ministre le 12 octobre, Alain Claude Bilie-By-Nze se trouve être récompensé pour sa  fidélité envers le chef de l’État mais, il voit dans le même temps ses ambitions présidentielles s’évanouir.  

Alain Claude Bilie-By-Nze a été propulsé vice-premier ministre le 12 octobre. Soit 10 mois avant la présidentielle de 2023. S’il demeure ministre de l’Énergie et des Hydrocarbures, et conserve dans le même temps son rôle de porte-parole du Gouvernement, le fils du Canton Ntang Louli dans l’Ogooué-Ivindo semble avoir été stoppé dans son élan. En effet, il se susurre que l’ancien protégé de Paul Mba Abessole, tentait depuis des mois de  se frayer un chemin en vue de la présidentielle à venir. Beaucoup s’accordent à dire qu’Alain Claude Bilie-By-Nze ne manque pas d’atouts pour briguer la fonction suprême. 

Plusieurs fois ministre depuis 2006, il s’est davantage taillé une stature d’homme d’État au ministère des Affaires Étrangers où il a serré les paumes des plus grands, faisant rayonner la diplomatie Gabonaise  sur la scène internationale. Mais cela ne semble pas suffisant pour hériter du trône jalousement cadenassé par la famille Bongo. De plus, Bilie-By-Nze ferait face à une farouche opposition en interne. Il l’a d’ailleurs fait savoir publiquement sans que personne ne le reprenne. 

LIRE AUSSI: Présidentielles 2023 : Que va faire Alain Claude Bilie-Bi-Nze ?

Si les plus anciens reconnaissent ses efforts lors de la présidentielle de 2016, et saluent sa loyauté envers le chef de l’État, la nouvelle génération qui a pris ses quartiers au siège du Parti Démocratique Gabonais (PDG) à Louis et au  Palais Rénovation, ne serait pas prête à faire allégeance à celui qui est perçu, à tort ou raison,  comme « un profito-situationniste ». On lui reproche parfois d’avoir opportunément rejoint les rangs du PDG en 2013 après avoir  provoqué son exclusion du Rassemblement pour le Gabon (RPG). Depuis, l’homme tutoie les sommets.

Par ailleurs, l’on ne risque pas de se tromper en affirmant qu’Ali Bongo Ondimba doit en partie sa réélection de 2016 à Alain Claude Bilie-By-Nze. De ce fait, il préfère le garder prêt de lui plutôt que le voir basculer dans l’opposition. Pour Ali Bongo, « Billy the kid» est un gage de stabilité. Ce  serait un séisme pour le parti au pouvoir de le voir basculer dans   l’opposition. Mais en politique rien n’est acquis. Et Ali Bongo le sait mieux que quiconque.  

LIRE AUSSI: Gabon: Bilie-by-Nze promu vice premier ministre

Du coup, émergent dans l’opinion plusieurs interrogations parmi lesquelles : Alain Claude Bilie-By-Nze ira-t-il malgré tout à la conquête du fauteuil présidentiel  où va-t-il se conforter dans sa position de fervent laudateur du chef de l’État ? Pour l’heure, c’est avec « force et détermination », dit-il, que le nouveau promu compte endosser ses nouvelles responsabilités. Mais pour combien de temps ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*