Union sociale et progressiste: une rentrée politique sous fond diagnostic et de dénonciation de l’état du Gabon 

le parti a lancé des activités ©DR

Libreville le 12 novembre 2022 – ( Dépêches 241). L’Union socialiste et progressiste a effectué sa rentrée politique le 5 novembre dernier. L’occasion pour son président Henri Mbira Nze d’effectuer une diagnostique de la situation du Gabon non sans pointer du doigts les maux qui minent le pays et le conduisent progressivement à vau l’eau. 

IC’est sans filtre, sans ambage et dans un langage franc que Henri Mbira Nze, président de l’Union Socialiste progressiste ( USP) à l’occasion de la rentrée de la formation politique qu’il préside, a dressé un tableau peu reluisant de l’état du Gabon. Ce dernier a en effet dénoncé, entre autres, une crise multiforme dans laquelle s’enfonce le Gabon avec en point d’orgue une « incertitude sur le futur immédiat » de notre pays.

Pour le leader de l’Union socialiste et progressiste (USP) le Gabon ne saurait avancer et se développer si un diagnostic sincère et pragmatique n’est pas effectué par les tenants du pouvoir actuel, qui l’ont conduit dans l’état de décrépitude qui le caractérise. «  Il n’y a pas d’avenir possible, ni d’engagement viable pour demain, sans responsabilité reconnue dans les décisions qui ont orienté le pays jusqu’à sa panne manifeste enregistrée actuellement  », a-t-il ajouté. 

Pour conforter sa posture dénonciatrice, Henri Mbira Nze va faire l’inventaire des résolutions prises par le pouvoir actuel depuis plusieurs années en mettant un accent particulier sur le dialogue post-électoral de 2017. Des rencontres qui à chaque fois ont accouché d’une souris. « Le protocole d’accord signé à l’issue du dialogue national d’Angondjé, organisé du 28 mars au 26 avril 2017, entre les acteurs politiques à la suite de la crise poste électorale de  2016, n’a point connu d’application intégrale » a-t-il rappelé.  

Dans la même configuration, sur le plan économique notamment, l’USP s’est dit effaré par la déclaration de la Banque mondiale faisant du Gabon le pays le plus riche d’Afrique. Une information qui contraste avec la réalité, le quotidien des Gabonais et leur qualité de vie. « La Banque Mondiale déclare que le Gabon est le pays le plus riche d’Afrique en termes de PIB. Nous, Gabonais, avons été déconcertés par cette déclaration surréaliste, en totale contradiction avec nos réalités quotidiennes », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*