Le Grand absent du Dialogue Nationale: la commission éthique et éducation civique 



Libreville, le 22 mars 2024 – (Dépêches 241). Il semble que l’architecture du prochain dialogue national soit déjà en place. Cependant, il est évident que ce projet se contente d’une simple synthèse mécanique des différentes propositions reçues. C’est normal dans une certaine mesure. Malheureusement, l’éthique et les valeurs citoyennes risquent de ce fait d’être ignorées ou simplement esquissées avec légèreté. Mais comment envisager l’avenir du Gabon sans rétablir nos valeurs fondamentales, comme la famille qui est la cellule de base de la société, et le modèle de citoyenneté à promouvoir, entre autres ? Ces enjeux ne pourront être abordés que dans le cadre d’une commission dédiée à l’éthique et aux valeurs civiques.

La mise en place d’une telle commission est cruciale pour la reconstruction du Gabon à de nombreux égards. En premier lieu, la commission éthique jouera un rôle essentiel dans la lutte contre la corruption et la promotion de la transparence. En établissant des normes éthiques strictes et en surveillant le comportement des acteurs politiques et économiques, elle contribuerait à instaurer un climat de confiance et à renforcer l’intégrité au sein de la société gabonaise. Cela est indispensable pour reconstruire les institutions publiques et privées sur des bases solides et éthiques.

En plus de cela, il est souligné que l’éducation civique joue un rôle essentiel dans la reconstruction du Gabon en favorisant la participation citoyenne et en encourageant la responsabilité sociale. En sensibilisant les citoyens aux enjeux de la démocratie, à leurs droits et devoirs, ainsi qu’en promouvant l’engagement civique, l’éducation civique peut contribuer à instaurer une culture de responsabilité et de participation active dans la vie publique du pays. Ceci est fondamental pour l’établissement d’une société démocratique et inclusive où chaque individu participe aux processus décisionnels.

Par ailleurs, la mise en place d’une commission « éthique et éducation civique » pourrait également favoriser la réconciliation nationale et la création d’un consensus social. En encourageant le dialogue, le respect mutuel et la compréhension des différences, ces organes pourraient aider à dépasser les divisions et les tensions au sein de la société gabonaise, contribuant ainsi à construire un avenir commun et pacifique pour tous les citoyens. Il sera enfin possible, grâce à cette échelle de valeurs communes, de travailler à la construction d’un État-Nation dont nous rêvons tous. 

En définitive, l’établissement d’une telle commission pourrait consolider la légitimité future des dirigeants et des institutions en promouvant des principes éthiques et démocratiques orientant les actions publiques et privées. Cela est crucial pour instaurer un climat de confiance et de stabilité favorisant le développement social et économique du Gabon.

Cette commission pourrait être divisée en quatre sous-commissions qui se déclineraient de la manière suivante :

Sous-commission “Société, éthique et éducation aux valeurs citoyennes”

Sous-commission “Tribalisme, discriminations et intolérance”

Sous-commission “Restauration de la famille et ses valeurs”

Sous-commission “Justice transitionnelle et réconciliation nationale”

En somme, la commission “éthique et éducation civique” est un outil essentiel pour la reconstruction du Gabon, car ces facteurs permettent de poser des fondations solides et pérennes pour l’édification d’une société démocratique, transparente et inclusive. La mise en place de cette commission est indispensable pour encourager la bonne gouvernance, renforcer la participation citoyenne et promouvoir la réconciliation nationale, des éléments clés pour assurer un avenir meilleur et plus équitable pour tous les Gabonais.

Pour l’avènement d’un code d’éthique… 

Ainsi, parmi les réalisations du dialogue national, on peut citer dans le cadre de la présente commission la mise en place d’un code d’éthique républicain au Gabon. 

Le Gabon, en tant que République, aura ainsi un code éthique important qui guidera la conduite de ses citoyens, de ses dirigeants et de ses institutions. Ce code éthique reposera sur les principes de transparence, d’intégrité, de justice, de respect des droits de l’homme, de démocratie et de prospérité pour tous.

La transparence est cruciale pour assurer la confiance des citoyens dans leurs dirigeants et institutions. Cela signifie que les décisions gouvernementales, les politiques publiques et les transactions financières doivent être ouvertes et accessibles au public. Les dirigeants et fonctionnaires doivent rendre des comptes de leurs actions et de leurs décisions.

L’intégrité est un pilier central du code éthique républicain au Gabon. Les dirigeants et fonctionnaires doivent agir de manière honnête, juste et éthique dans l’exercice de leurs fonctions. La corruption, la fraude et le détournement de fonds publics sont inacceptables et doivent être sévèrement punis.

La justice est un autre principe clé du code éthique républicain au Gabon. Tous les citoyens doivent être traités de manière équitable devant la loi, sans discrimination ni faveurs spéciales. Le système judiciaire doit être indépendant, impartial et efficace pour garantir l’accès à la justice pour tous.

Le respect des droits de l’homme est également essentiel dans le code éthique républicain au Gabon. Tous les citoyens doivent bénéficier de leurs droits fondamentaux, tels que la liberté d’expression, la liberté de réunion et la liberté de religion. La dignité et l’intégrité de chaque individu doivent être respectées.

La démocratie est un principe fondamental du code éthique républicain au Gabon. Le pays doit être gouverné de manière démocratique, avec des élections libres et équitables, une séparation des pouvoirs et la participation active des citoyens à la vie politique. La gouvernance démocratique est essentielle pour garantir la légitimité du gouvernement et la protection des droits des citoyens et sortir définitivement de toute velléité de confiscation de pouvoir ou des abus d’autorité de tous genres.

Enfin, le code éthique républicain au Gabon visera à assurer la prospérité pour tous les citoyens. Le gouvernement doit travailler à promouvoir le développement économique, l’éducation, la santé, l’emploi et le bien-être social de tous les Gabonais. Les politiques publiques doivent être conçues pour réduire les inégalités et améliorer la qualité de vie de la population. 

En respectant et en promouvant ces principes éthiques, le Gabon pourra renforcer l’Etat de droit, la justice sociale et la bonne gouvernance, ce qui contribuera à bâtir une société plus juste, équitable et prospère pour tous ses citoyens.

Bruno ONDO MINTSA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*