Coopération: sous l’impulsion de Koho le Japon réhabilite le centre social du Bas de Gué-Gué

Prisca Nlend Koho et l’ambassadeur du Gabon au Japon, Noguchi Shuji à l’inauguration du centre social ©DR

Libreville, le 29 décembre 2021, (Dépêches 241). Le centre social de Bas de Gué Gué a connu une cure de jouvence grâce à la générosité japonaise. Le coût de ce projet de réhabilitation est estimé à 54 millions de Fcfa. Selon le ministre des affaires sociales Prisca Nlend Koho, les 47 structures sociales que compte le pays, bénéficieront également de la même attention.

C’est une nouvelle marque d’amitié manifestée entre le Gabon et le Japon. En effet, le 24 décembre dernier, l’ambassadeur du Gabon au Japon, Noguchi Shuji, a procédé à la clôture officielle, et la livraison du chantier de réhabilitation du Centre social de Bas de Gué Gué en présence du ministre des Affaires Sociales Prisca Nlend Koho et du responsable de ladite structure, Igor Aymar Bourogou. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué  de remercier les bienfaiteurs, tout en assurant dans le même temps de faire bon usage de la structure nouvellement rénovée. « Nous tenons à vous assurer du bon usage de la structure réhabilitée et de notre entière disponibilité en faveur des populations en fonction de leurs besoins », a-t-il indiqué. 

Ce projet de réhabilitation, qui est la concrétisation de la générosité nippone, comprend le rehaussement de la barrière, les installations de cuisine, la réfection de la salle polyvalente, mais également du bâtiment administratif et son équipement en mobilier de bureau. Le coût des travaux est estimé à 54 millions de fcfa. « Cette coopération entre le Gabon et la Japon se matérialise par des actions concrètes qui touchent directement les populations et qui entre en phase avec les politiques incitées par le chef de l’Etat », explique Prisca Nlend Koho.

Une vue des machines à coudre installées dans le centre social ©DR

Ainsi, conformément à sa mission d’aide sociale, le centre a été équipé de 12 machines à coudre. Ces outils permettront aux  jeunes défavorisés de s’initier aux métiers de la couture afin de  faciliter leur autonomisation et leur insertion professionnelle. Pour le membre du gouvernement, Prisca Nlend Koho, il importe que les structures sociales offrent des possibilités de qualification pour favoriser l’autonomisation et l’insertion sociale. Assurant dans la foulée, que les 47 centres structures sociales que compte le pays bénéficieront également d’une cure de jouvence. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*