Gabon: Les anciens agents de la BGD interpellent Ali Bongo

Les anciens agents pendant leur mouvement d’humeur DR ©

Abandonnés à leur propre sort depuis la liquidation de la Banque Gabonaise  de Développement(BGD), et visiblement très désespérés, quelques anciens agents de cette Banque ont manifesté depuis le 1er septembre, devant le bâtiment abritant autrefois cette organisation, leur désarroi face à leur situation. Et en interpellant, le chef de l’État Ali Bongo dans l’espoir de trouver un épilogue à leur situation. 

Banderoles et bouts de papier à la main, sur lesquels, sont formulées leurs doléances, les anciens agents de la Banque Gabonaise de Développement, (BGD), se sont réunis à leur ancien siège pour observer un mouvement d’humeur.. Ces ex-employés de la BGD, ont jugé utile, d’interpeller directement cette fois-ci, le président de la République Ali Bongo, qui pour eux, est devenu l’ultime espoir, vu l’indifférence des membres du gouvernement à trouver un  dénouement favorable à leur situation. 

Pour cela, ils se sont fait entendre devant l’ancien siège de leur ex employeur. « C’est la rentrée scolaire, BGD crie au secours ya Ali », nous  « nous refusons d’être des assistés, nous réclamons le paiement total de nos dus. Redonnez-nous notre dignité perdue monsieur le président. Payez nous nos mesures d’accompagnement en totalité, monsieur le TPG car nous sommes également une priorité pour le Gabon », scandaient-ils, avec des voix en détresse.

Ce sont au total plus de 153 familles qui se retrouvent aujourd’hui victimes de la liquidation de cette entreprise. Un processus de liquidation qui n’a malheureusement pas été suivi, d’un accompagnement optimal et concret desdits agents, qui sont réduits au chômage depuis des années, et qui réclament le règlement intégral de leurs droits d’anciens travailleurs de la BGD, accordés par l’État il y a deux ans. « Nous nous sommes retrouvés ici au siège de la BGD, suite à notre rencontre il y a deux jours avec les autorités du ministère du Budget. Au terme de cette rencontre(…) nous avons décidé d’attirer humblement l’attention du président de la République pour le paiement total des mesures d’accompagnement accordées par l’État. Nous espérons qu’il écoutera nos cris de détresse, qu’il comprendra notre situation », a déclaré l’un des manifestants de l’ancienne BGD.

Pourtant, après la fermeture de la BGD un protocole d’accord fixant des mesures d’accompagnement, pour les agents avait été signé. Les parties prenantes lors de la signature de cet accord, étaient les représentants du personnel de l’ex-BGD et l’État. Cet accord proposait au préalable une réinsertion de l’ensemble des agents dans la Fonction publique, proposition qui avait été refusée à l’époque par l’État, au regard du gel des recrutements à la fonction pendant cette période. La seconde  et dernière proposition prévoyait une indemnisation de préjudice moral, pour tous les agents qui se retrouveraient en situation de chômage.

Seulement, deux ans après la signature de ce protocole d’accord, aucune résolution n’a été appliquée encore moins la mise en place  de la seconde proposition du protocole, qui semblait être favorable au gouvernement. Vivement l’intervention personnelle du chef de l’État Ali Bongo Ondimba afin de redonner espoir à ces nombreux pères et mères de famille livrés à l’extrême précarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*