Présidentielles 2023: l’opposition peaufine sa stratégie

l’opposition mise une nouvelle fois sur la carte de l’unité ©DR

Libreville, le 3 février 2022 (Dépêches 241). L’unité de l’opposition est à nouveau brandie comme moyen  de faire obstacle au candidat du parti au pouvoir. Lequel ne lésine d’ailleurs pas sur les moyens pour conserver le fauteuil présidentiel à l’issue du prochain scrutin. A travers la plateforme PG-41, Louis Gaston Mayila et les siens semblent avoir trouvé la stratégie qui mettra fin à l’hégémonie du Parti démocratique gabonais (PDG) au sommet de l’État.

Ils ne manquent pas d’expérience, et rêvent tous de mettre fin au règne d’Ali Bongo qui les a quelque peu écartés des coulisses du pouvoir. Les vieux briscards de l’opposition réunis autour de la plateforme PG-41 présidée par le promoteur de l’unité nationale, Louis Gaston Mayila, fourbissent déjà leurs armes pour tenter de barrer la route au candidat du parti au pouvoir lors de la future élection présidentielle. 

PG-41 est une plateforme née à l’issue du dialogue d’Angondjé. Elle rassemble plusieurs partis politiques de l’opposition ainsi que  des acteurs de la société civile, lesquels se sont retrouvés la semaine écoulée pour discuter de l’avenir du pays, et redynamiser la plateforme en vue de la future élection présidentielle. Pour ce faire, le PG-41 entend fédérer plusieurs acteurs politiques habités par un désire d’alternance au sommet de l’Etat, et aller à l’écoute des populations y compris celles de l’arrière pays. 

Seul bémol, à mesure que l’élection présidentielle approche, l’on assiste à la formation de plusieurs groupuscules de partis politiques revendiquant tous, ou presque, l’unité de l’opposition. Mais avec une élection présidentielle à deux tours, l’on ne risque pas de se tromper en affirmant que les têtes d’affiche que sont  Alexandre Barro Chambrier, Guy Nzouba Ndama,  Raymond Ndong Sima, ou encore Paulette Missambo, seront tous sur la ligne de départ lors du 1er tour de l’échéance électorale. Il faudra alors attendre le second tour pour assister au véritable jeu des alliances. 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que  cette tergiversation fera sans doute  le bonheur du camp adverse, qui n’entend d’ailleurs pas lésiner sur les moyens pour conserver le pouvoir à l’issue du prochain scrutin présidentiel. « Si c’est l’élection présidentielle qui est votre centre d’intérêt, il faut la préparer, parce que nous en ce qui concerne le parti démocratique gabonais, nous sommes extrêmement prêts, et nous sommes déterminés à remporter encore une fois cette bataille électorale », déclarait récemment le porte parole du PDG Joe Dioumy Moubassango. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*